En ce moment
 

GB: l'inflation remonte pour la première fois depuis novembre, à 2,5%

GB: l'inflation remonte pour la première fois depuis novembre, à 2,5%
L'inflation au Royaume-Uni a rebondi en juillet, une première depuis le mois de novembre, ce qui fait craindre un nouveau tour de vis pour le pouvoir d'achat des ménages Tolga Akmen

L'inflation au Royaume-Uni a rebondi en juillet, une première depuis le mois de novembre, atteignant 2,5% ce qui fait craindre un nouveau tour de vis pour le pouvoir d'achat des ménages à sept mois du Brexit.

Les prix à la consommation (CPI) n'avaient augmenté que de 2,4% en juin, a rappelé mercredi l'Office des statistiques nationales (ONS) en dévoilant ses derniers chiffres.

En juillet, les prix ont été notamment tirés vers le haut par une forte montée des coûts des jeux vidéos, souvent soumis à d'importantes fluctuations d'un mois sur l'autre. Les prix des jeux vidéos, jouets et passe-temps ont augmenté de 3,5% en juillet sur un an, alors qu'ils avaient diminué en juin.

L'inflation a aussi été dopée par l'accélération des prix de l'essence (+12,4%), soutenus par des cours du pétrole relativement vigoureux. Ces derniers ont aussi contribué à élever les prix des billets d'avion (+4,2%), tandis que les tarifs ferroviaires ont aussi grimpé (+4,4%).

Les usagers des trains ont d'ailleurs pu prendre connaissance mercredi de la valeur du Retail Price Index (RPI), un indicateur distinct du CPI qui constitue le principal baromètre de l'inflation. En juillet, ce RPI a atteint 3,2% sur un an, ce qui signifie que les prix des billets et des abonnements ferroviaires pour les transports régulés vont augmenter d'autant l'an prochain - à la fureur des associations d'usagers qui dénoncent les retards et inconforts subis au quotidien par les voyageurs de nombreuses lignes britanniques.

"La hausse du CPI justifie a posteriori la décision de la Banque d'Angleterre (BoE) d'élever son taux directeur", a expliqué Christopher Williamson, économiste chez IHS Markit.

Le 2 août, la BoE a augmenté son principal taux d'intérêt à 0,75% contre 0,50% auparavant, afin de se créer des marges de manœuvre plus importantes pour affronter les potentielles turbulences du Brexit. L'institut d'émission vise une inflation de 2,0%, niveau considéré comme idéal pour permettre à la croissance de s'épanouir.

- Pas d'emballement -

La plupart des économistes ne prévoient d'ailleurs pas d'échauffement de l'inflation dans les mois à venir et anticipent à l'inverse une décélération. Dans le détail, les données de l'ONS indiquent en effet qu'un certain nombre de postes majeurs de dépenses (alimentation, vêtements, biens d'équipement domestiques) voient leurs prix s'apaiser.

Mais M. Williamson n'en souligne pas moins que le CPI de mercredi "montre que le coût de la vie augmente de nouveau plus vite que les salaires".

L'inflation avait décollé l'an passé, dopée par la dégringolade de la livre sterling consécutive à la décision des Britanniques de voter pour le Brexit lors du référendum du 23 juin 2016. Cette forte montée des prix, un temps au-delà de 3% d'une année sur l'autre, avait réduit le pouvoir d'achat mais les salaires étaient parvenus ensuite à dépasser une inflation un peu moins vigoureuse en ce début d'année.

Lors de la période d'avril à juin, les salaires (primes comprises) n'ont toutefois augmenté que de 2,4% en rythme annuel, a annoncé mardi l'ONS.

Ces indicateurs sont suivis de près car ils déterminent en partie la consommation, à un moment où la croissance britannique confrontée aux incertitudes du Brexit a d'autant plus besoin de vigoureuses dépenses des ménages. L'ONS publiera jeudi ses données sur les ventes au détail du mois de juillet.

Après un premier trimestre décevant pour la croissance (0,2%), le deuxième trimestre a vu l'activité s'accélérer (0,4%), mais les économistes restent très prudents pour la suite. Un panel interrogé par le Trésor table ainsi sur une hausse très modérée de 1,3% du PIB pour 2018, tout en sachant que leur prévision pour 2019 (1,5% en moyenne) pourrait être bouleversée si d'aventure le Royaume-Uni sort du giron européen à la fin mars prochain sans accord avec l'UE.

Vos commentaires