En ce moment
 

Hand: le PSG croque Celje et affiche ses ambitions

Hand: le PSG croque Celje et affiche ses ambitions
Le Danois du PSG Mikkel Hansen en demi-finales de Ligue des champions face à Nantes, le 26 mai 2018 à ColognePatrik STOLLARZ

Inarrêtable. Le Paris Saint-Germain a enchaîné sa cinquième victoire de rang, sa deuxième d'affilée dans cette C1 qu'il rêve de remporter, en disposant facilement du RK Celje (33-21), dimanche, lors de la 2e journée du groupe B de la Ligue des champions de handball.

Invaincu depuis le Trophée des champions, début septembre, le PSG conserve du même coup la tête de sa poule avec quatre points.

Une affaire rondement menée: le suspense n'a duré que deux minutes, les seules du match où le PSG n'a pas fait cavalier seul devant. Le temps pour les Parisiens de régler la mire et pour Sander Sagosen (6 buts) et Mikkel Hansen (7 buts) de se mettre en route.

Le stade Pierre-de-Coubertin, où les Parisiens n'ont plus perdu en Ligue des champions depuis près de quatre ans et la visite de Kiel le 16 novembre 2014 (soit 30 matches sans défaite), n'avait pas fait le plein, mais le superbe but en extension de Sagosen (5e), qui a marqué en récupérant son propre tir sur le poteau, a mis les choses à plat: sérieux et appliqué, le PSG n'est pas là pour faire de la figuration (17-12 à la pause).

"Paris, c'est une des meilleures équipes du monde, sans doute la meilleure. L'exigeance de ce club, c'est de tout gagner", a confié le gardien du PSG Rodrigo Corrales Rodal après ses 17 arrêts.

"Cette victoire nous offre de la confiance pour les matches à venir. C'était très important pour nous de montrer notre niveau: les équipes qui nous affrontent savent que le PSG va mettre du rythme, qu'on va jouer à fond... L'important, ce n'était pas seulement la victoire mais aussi la manière."

Les joueurs de l'ogre parisien semblent d'ailleurs de plus en plus à l'aise dans le système mis en place par l'Espagnol Raul Gonzalez, arrivé cet été après quatre saisons en Macédoine. Les jeunes engrangent du temps de jeu, Adama Keita (3 buts) et Nedim Remili (4 buts) en tête, et les stars attendues semblent avoir retrouvé leur niveau véritable.

Celje n'est certes plus l'équipe qui avait remporté la Ligue des champions en 2004 mais, même privés de Ziga Mlakar ou Borut Mackovsek, les Slovènes restent une formation solide, rompue aux joutes européennes. Mais qui n'avait tout simplement pas les armes face au PSG.

Un succès de bon augure pour les Parisiens avant de recevoir Nîmes, mercredi, en championnat, puis de se rendre à Zagreb, samedi, en Ligue des champions. Pour confirmer.

Vos commentaires