En ce moment
 

L'aéroport de Lisbonne saturé, en attente d'investissements

L'aéroport de Lisbonne saturé, en attente d'investissements
L'aéroport de Lisbonne, qui enchaîne les records de passagers en repoussant sans cesse son point de saturation, attend impatiemment les investissements promis pour le désengorgerPATRICIA DE MELO MOREIRA

Retards quotidiens, files d'attente, manque de places de stationnement pour les appareils... l'aéroport de Lisbonne, qui enchaîne les records de passagers en repoussant sans cesse son point de saturation, attend impatiemment les investissements promis pour le désengorger.

En plein boom du tourisme, principal moteur économique du Portugal avec le secteur immobilier, l'aéroport Humberto Delgado a atteint dès 2016 le nombre de passagers prévu seulement pour 2025 dans des projections vieilles de dix ans.

En 2017, un nouveau record historique a été établi, à 26,7 millions de passagers, soit une hausse de 66% en quatre ans. Et sur les huit premiers mois de 2018, le trafic a encore augmenté de 11%.

Le gouvernement portugais, la compagnie aérienne nationale TAP et l'ensemble de la filière touristique partagent le même constat: Lisbonne a besoin au plus vite de lancer le projet de construction d'un aéroport "complémentaire". Il est censé voir le jour en 2022 à la place de la base militaire de Montijo, sur la rive sud de l'estuaire du Tage.

D'ici là, la fermeture d'une piste secondaire peu utilisée de l'actuel aéroport, situé dans les faubourgs du nord de Lisbonne, permettra de parquer davantage d'avions.

La mise en oeuvre de ce projet, qui permettrait de porter la capacité aéroportuaire de Lisbonne à 50 millions de passagers par an, fait depuis février 2017 l'objet d'âpres négociations entre le gouvernement et ANA, le gestionnaire des dix aéroports portugais. Privatisée en 2012, ANA est une filiale du groupe français de BTP et de concessions Vinci.

- Compagnies frustrées -

Présent sur trois continents, Vinci Airports se place aujourd'hui dans le top cinq mondial des gestionnaires d'aéroports. La dizaine d'aéroports portugais représente à elle seule près d'un tiers de ses 180 millions de passagers recensés en 2017.

L'option d'une infrastructure complémentaire à Montijo représentera pour ANA un investissement total de "plusieurs centaines de millions d'euros", a indiqué à l'AFP son directeur général Thierry Ligonnière.

"Nous sommes contents de pouvoir dépenser autant d'argent aussi vite parce que cela veut dire que nous avons un bon travail dans le développement du trafic", a-t-il assuré, en marge d'une conférence organisée la semaine dernière à Lisbonne.

Les pourparlers entre l'exécutif socialiste et la filiale de Vinci, "très avancés", seront "prochainement" conclus, affirme-t-on des deux côtés. Mais pour ceux qui en attendent le résultat, le temps presse.

"Le calendrier de livraison de nos nouveaux avions est calé, mais je ne sais pas encore si j'aurai de la place pour les stationner. C'est très frustrant", s'est plaint le patron de la TAP, Antonoaldo Neves.

- "Corriger l'erreur" -

"Si l'on n'avance pas à la vitesse requise, c'est le Portugal tout entier qui va prendre du retard", a-t-il souligné. La croissance de sa compagnie pourrait être freinée dès l'an prochain par les limitations de l'aéroport de la capitale, dont elle est le principal client.

"Si nous avons des difficultés à l'aéroport de Lisbonne, c'est parce que le trafic a augmenté brutalement", fait valoir M. Ligonnière.

"Qu'attendons nous pour avancer vers la solution de Montijo?", a lancé de son côté le président de la confédération patronale du tourisme Francisco Calheiros. D'après certaines estimations, cette saturation prive le Portugal d'environ un million de touristes par an.

Le Premier ministre Antonio Costa reconnaît qu'il n'y a "pas d'autre solution", mais attend les conclusions d'une étude d'impact environnemental pour "rendre la décision absolument irréversible".

En 2010, alors que le Portugal sombrait dans la crise de la dette qui allait le pousser à demander un plan d'aide internationale assorti d'une sévère cure d'austérité budgétaire, le gouvernement revenait sur sa décision de construire un aéroport entièrement neuf à Alcochete, une commune voisine de Montijo.

"Il faut corriger l'erreur commise quand il a été décidé de ne pas construire un aéroport dont nous avions déjà besoin à l'époque", insiste M. Costa.

Vos commentaires