En ce moment
 

L'Italie va-t-elle bientôt sortir de l'Euro?

L'Italie va-t-elle bientôt sortir de l'Euro?

Tous les jours dans "Money Times" sur Bel RTL, on parle argent, économie, Europe avec Bruno Wattenbergh.

L’Italie est en route pour former un gouvernement, mais celui-ci inquiète les observateurs européens. Une question est sur toutes les lèvres: est-ce que l’Italie court le risque de quitter l’Euro?

La réponse est oui! Bruno Wattenbergh craint qu’un scénario de sortie possible de la zone Euro soit possible pour deux raisons au moins.


Des propositions irréalistes 

La première est que le programme proposé par cette majorité italienne improbable va précipiter le pays dans une situation financière complexe. Inextricable, car les propositions pour sortir de cette situation sont irréalistes, si pas risibles.

La seconde est que ce gouvernement a prévu un mécanisme de monnaie parallèle permettant progressivement de se passer à un moment de l’Euro s’il le faut vraiment.

Est-ce que la situation économique de l’Italie est si grave que cela?

L’Italie sort affaiblie d’une décennie de crise économique, donc oui. Le rythme de croissance est très faible, la productivité et le salaire stagnent. Le PIB, le Produit Intérieur Brut, c’est à dire la richesse totale créée par le pays, est inférieur de 8 % à son niveau d’avant la crise et est à peine plus élevé qu’au début du siècle.

Dernier élément, le chômage touche plus de 11% de la population active, en particulier les jeunes. Vous rajoutez cela à une dette colossale de 132% du PIB, une austérité non-négligeable, et vous avez tous les éléments pour être à la fois dans une situation économique délicate et mécontenter la population.


Qu’avance ce futur gouvernement italien comme raison économique pour sortir de l’Euro?

Tourner le dos à l’austérité, avec notamment l’introduction d’un "revenu de citoyenneté" de 780€ par mois et par personne à condition de chercher un emploi. Combiné avec des réductions d’impôts sur le revenu des citoyens et des sociétés. En résumé, une augmentation des dépenses et une diminution des recettes, avec à la clé un déficit de 6% … le double de ce qui est toléré par l’Europe.

Et la solution irréaliste pour résoudre cette équation serait un effacement de sa dette publique détenue par l’Europe équivalent à 250 milliards d’euros.

Bref, un programme qui prend l’Europe de front.

Qu’est-ce qui pourrait se passer dans les prochains mois?

Il ne faudra pas attendre aussi longtemps. En économie et surtout en finance, il ne faut pas que les choses arrivent pour avoir un effet. Le simple fait d’en parler à déjà des conséquences. La bourse italienne a déjà accusé le coup depuis plusieurs jours mais surtout le spread, c’est à dire la différence entre ce que les investisseurs sont prêts à payer pour de la dette italienne par rapport à de la dette allemande, est reparti à la hausse.

Bref, c’est l’aventure. Et l’Europe n’avait sans doute pas besoin de cela dans un pays qui reste sa 3ème plus grosse industrie!

Vos commentaires