En ce moment
 
 

La Bourse de Paris en repli (-0,69%), Publicis en forte baisse

La Bourse de Paris en repli (-0,69%), Publicis en forte baisse
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018ERIC PIERMONT

A découvrir

paris

La Bourse de Paris reculait (-0,69%) jeudi à mi-séance, après l'abaissement des prévisions de croissance en Angleterre comme en Europe continentale et une batterie de résultats d'entreprises parfois sévèrement sanctionnés, en particulier pour Publicis.

A 13H10 (12H10 GMT), l'indice CAC 40 perdait 34,92 points à 5.044,13 points. La veille, il avait fini à l'équilibre (-0,08%).

La Banque d'Angleterre a fortement abaissé sa prévision de croissance pour 2019 à 1,2%, contre 1,7% précédemment, en raison du ralentissement économique mondial et du renforcement des incertitudes autour du Brexit.

La Commission européenne a de son côté révisé celle pour la zone euro à 1,3%, contre 1,9% précédemment, avec un ralentissement particulièrement important en Italie mais aussi en Allemagne, où la production industrielle a de nouveau reculé en décembre (-0,4% après -1,3% en novembre).

Aux Etats-Unis, le contrat à terme sur le Dow Jones reculait de 0,63%, l'indice élargi S&P perdait 0,60% tout comme le Nasdaq, à dominante technologique.

"Les marchés boursiers ont atteint des sommets de plusieurs mois cette semaine, et les investisseurs se demandent désormais dans quelle direction regarder", a souligné dans une note David Madden, analyste chez CMC Markets.

Ils garderont également un œil sur le Brexit car la Première ministre britannique Theresa May tente d'obtenir à Bruxelles un nouveau compromis sur la question brûlante de la frontière irlandaise, malgré le refus obstiné de l'Union européenne de renégocier l'accord de retrait du Royaume-Uni.

Selon Tangi Le Liboux, du courtier Aurel BGC, le marché devrait aussi "se concentrer sur les publications de résultats", nombreuses en Europe, en particulier pour les géants du CAC 40, avec la Société Générale, Arcelor, Lagardère ou encore Publicis, les investisseurs ne pardonnant pas les déceptions.

- Publicis lourdement sanctionné -

Publicis dévissait de 13,98% à 47,31 euros, pénalisé par la publication d'une croissance organique de seulement 0,1% sur l'année 2018 et en recul de 0,3% sur le seul quatrième trimestre, soit bien inférieure aux attentes.

Pernod Ricard gagnait à l'inverse 1,29% à 149,55 euros, fort d'un chiffre d'affaires qui a augmenté de 5% au premier semestre de son exercice 2018/2019, tandis que son bénéfice net reculait de 11% en raison d'éléments positifs non récurrents un an plus tôt.

ALD s'enfonçait de 5,27% à 11,51 euros, pénalisé par un repli de 2,1% de son bénéfice net à 555,6 millions d'euros en 2018, freiné par la nette baisse des ventes de voitures et une hausse du coût du risque.

Lagardère perdait 1,91% à 22,65 euros après un chiffre d'affaires 2018 en hausse de 2,5%, à 7,258 milliards d'euros, grâce notamment aux bonnes performances de sa branche de distribution dans les transports et à une acquisition aux Etats-Unis.

Total se repliait de 0,33% à 48,62 euros malgré un bénéfice 2018 en forte hausse, porté par la progression des cours et de sa production, ainsi que par le maintien de sa discipline financière.

ArcelorMittal se repliait de 3,39% à 20,55 euros malgré un bénéfice net 2018 de 5,1 milliards de dollars, en progression de 12,7%.

Société Générale reculait de 3,21% à 25,65 euros, malgré un bénéfice net 2018 en hausse, après avoir abaissé son objectif de rentabilité des fonds propres à horizon 2020. Son concurrent Crédit Agricole SA lâchait de son côté 1,44% à 10,02 euros.

Renault -(2,35% à 59,01 euros) va signaler à justice que son ancien patron Carlos Ghosn a reçu pour son "bénéfice personnel" l'équivalent de 50.000 euros en nature dans le cadre d'une convention de mécénat signée avec le Château de Versailles.

  1. Euronext CAC40

Vos commentaires