La Bourse de Paris marque une pause après son envolée de vendredi

La Bourse de Paris marque une pause après son envolée de vendredi
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018ERIC PIERMONT
paris

La Bourse de Paris évoluait en très léger repli (-0,16%) lundi matin, reprenant son souffle après avoir nettement accéléré vendredi, à l'orée d'une séance qui s'annonce calme en l'absence des investisseurs américains pour cause de jour férié.

A 09H28, l'indice CAC 40 perdait 7,95 points à 4.867,98 points. Vendredi, il avait fini en nette hausse de 1,70%.

"Le marché parisien a opéré une forte remontée lors de la séance de vendredi qui a permis à l'indice de finir sur une performance hebdomadaire proche de 2%", a rappelé dans une note Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Selon lui, "les attentes fortes" des investisseurs en matière d'avancées dans le conflit commercial sino-américain "permettent d'éclipser pour le moment les inquiétudes concernant l'impact économique du shutdown".

"Nous avons fait des progrès avec la Chine lors de la rencontre des négociateurs à Pékin" au début du mois, a reconnu vendredi le principal conseiller économique du président Trump, Larry Kudlow, interrogé sur Fox Business News.

Mais il a ajouté, "rien n'est résolu, rien n'est sur le papier, il n'y a pas de contrat", démentant des informations de presse affirmant "que les choses sont faites et qu'il y a un accord".

"Les marchés américains seront fermés ce lundi, date anniversaire de la naissance de Martin Luther King", a-t-il également rappelé.

Outre-Manche, la Première ministre britannique Theresa May présente lundi son "plan B" pour le Brexit aux députés qui ont massivement rejeté la semaine dernière l'accord de divorce qu'elle avait difficilement négocié avec l'Union européenne.

Le "shutdown" ou blocage budgétaire des services fédéraux américains entrait par ailleurs dans sa 5e semaine aux Etats-Unis. Donald Trump a critiqué dimanche avec virulence la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, qui a rejeté la veille une offre présidentielle de compromis pour financer un mur anti-immigration à la frontière.

Du côté des indicateurs, la croissance de la Chine a ralenti l'année dernière à son plus faible niveau en 28 ans, à +6,6%, au-dessus de l'objectif de +6,5% que s'était fixé le gouvernement, a annoncé le Bureau national des Statistiques (BNS).

En Allemagne, les prix à la production pour décembre sont également à l'agenda de ce lundi.

En matière de valeurs, Air France-KLM profitait (+3,38% à 10,03 euros) d'un relèvement de sa recommandation à "surperformer" contre "neutre" auparavant par Davy.

TF1 pâtissait en revanche (-4,04% à 6,66 euros) d'un abaissement de la sienne à "vendre" par Citi.

Vos commentaires