La Bourse de Paris recule, en manque d'impulsion (-0,49%)

La Bourse de Paris recule, en manque d'impulsion (-0,49%)
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018ERIC PIERMONT

A découvrir

paris

La Bourse de Paris manquait d'impulsion lundi en milieu de journée (- 0,49%), dans une séance calme en attendant l'accélération des publications de résultats d'entreprises.

A 13H50 (12H50 GMT), l'indice CAC 40 se repliait de 24,55 points à 4.994,71 points, dans un volume d'échanges de milliard d'euros.

La cote parisienne a commencé la séance sans direction avant de se replier plus clairement et de repasser sous le seuil symbolique des 5.000 points qu'il avait rejoint la semaine passée.

Wall Street se préparait de son côté à ouvrir proche de l'équilibre.

Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average gagnait 0,11% tout comme l'indice élargi S&P et celui du Nasdaq, à dominante technologique, avançait de 0,10%.

"Les investisseurs n'ont pas oublié le conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis ou la récession italienne mais pour le moment ils semblent satisfaits de rester sur la touche", indique David Madden, analyste chez CMC Markets.

"La séance européenne fait l'expérience d'une faible volatilité alors que le schéma macroéconomique a peu changé", a-t-il souligné, estimant que "la semaine devrait être calme, la Chine célébrant le Nouvel An lunaire".

En Chine continentale, les Bourses de Shanghai et Shenzhen étaient déjà fermées lundi, et n'ouvriront pas de la semaine, en raison des longs congés du Nouvel an dans le pays.

De même, les Bourses de Kuala Lumpur, Séoul, Singapour et Taipei étaient fermées lundi en raison d'un jour férié dans leurs pays respectifs.

"Moins visible aujourd'hui en Europe, les publications devraient continuer d’alimenter la tendance avec déjà environ 50% des entreprises qui ont publié outre Atlantique contre seulement 15% en Europe", note pour sa part Franklin Pichard, directeur général chez Kiplink Finance.

En France, la saison de publications de résultats a commencé la semaine dernière mais devait s'accélérer cette semaine avec le géant pharmaceutique Sanofi, le sidérurgiste ArcelorMittal, le pétrolier Total ou encore les banques BNP Paribas et Société Générale.

En zone euro, les prix à la production industrielle ont baissé de 0,8% en décembre par rapport à novembre, mais ils ont augmenté de 3% par rapport à décembre 2017, selon Eurostat.

Sur le plan politique, Madrid, Londres, Paris et plusieurs autres capitales européennes ont reconnu lundi l'opposant Juan Guaido comme président du Venezuela après l'expiration d'un ultimatum lancé à Nicolas Maduro qui a refusé de convoquer une nouvelle élection présidentielle.

Côté valeurs, celles liées aux matières premières étaient à la peine. Le fabricant de tubes Vallourec perdait 7,35% à 1,44 euro et le sidérurgiste ArcelorMittal reculait de 2,01% à 20,48 euros.

Le secteur bancaire continuait de flancher dans le sillage de leurs consoeurs italiennes. Société Générale perdait 2,72% à 25,77 euros, BNP Paribas cédait 2,02% à 40,06 euros et Credit Agricole déclinait de 2,12% à 9,70 euros.

Le secteur automobile était également pénalisé: Renault reculait de 2,23% à 60,04 euros et Peugeot régressait de 1,48% à 21,91 euros. Le constructeur japonais Nissan a abandonné son projet de produire son crossover X-Trail dans son usine de Sunderland (nord-est de l'Angleterre) au profit de Kyushu, au Japon.

En Allemagne, les immatriculations de voitures neuves ont reculé de 1,4% en janvier.

L'action Euronext avançait de 0,66% à 53,35 euros. L'opérateur boursier s'est dit prêt à "étudier les diverses options pour ajuster son offre" sur la Bourse d'Oslo en prenant acte du fait que le conseil d'administration de la place norvégienne ne recommande pas son offre.

Le titre Carrefour se repliait de 0,78% à 17,24 euros en dépit d'une recommandation à l'"achat" de Bryan Garnier.

L'action Suez abandonnait 1,22% à 10,92 euros après l'annonce de son entrée au capital du fabricant de fertilisants et engrais organiques Terrial, filiale du groupe Avril.

  1. Euronext CAC40

Vos commentaires