En ce moment
 
 

La Bourse de Paris sur la réserve (+0,01%)

La Bourse de Paris sur la réserve (+0,01%)
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018ERIC PIERMONT

A découvrir

paris

La Bourse de Paris a terminé à l'équilibre jeudi (+0,01%), se tenant sur la réserve dans l'attente de nouvelles informations dans le conflit commercial qui oppose les États-Unis à la Chine.

L'indice CAC 40 a pris 0,71 point à 5.375,63 points, dans un volume d'échanges faible de 2,9 milliards d'euros. Mercredi, il avait terminé en baisse de 0,62%.

La cote parisienne a ouvert en baisse, avant de venir s'ancrer à l'équilibre.

"Le marché a connu une hausse brutale et rapide grâce aux discours accommodants des banquiers centraux et de la perspective d'un accord entre les États-Unis et le Mexique. Mais depuis hier il est entré dans une phase de digestion", a résumé à l'AFP Guillaume Garabédian, responsable de la gestion conseillée chez Meeschaert Gestion Privée.

"Au-delà de la séance du jour, la cote parisienne continue à s'inscrire dans une tendance haussière qui se justifie par l'action des banques centrales et par l'espoir d'un accord entre les États-Unis et la Chine ou au moins une reprise des négociations entre eux", a-t-il estimé.

"Tant que nous n'aurons pas de nouvelles particulières sur le plan commercial, a-t-il ajouté, le marché devrait continuer à grappiller quelques points".

Selon lui, les attaques qui ont visé jeudi matin deux pétroliers en mer d'Oman ont en revanche eu un impact limité, "car comme cela fait plusieurs semaine que le climat est tendu dans la zone, les investisseurs n'ont pas été très surpris".

"En outre, a-t-il développé, personne ne croit que cela va déstabiliser durablement le marché du pétrole, car le détroit d'Ormuz est trop stratégique pour rester bloqué longtemps".

Deux tankers, norvégien et japonais, ont été la cible jeudi d'une attaque d'origine indéterminée en mer d'Oman, en plein Golfe, une région déjà sous tension du fait de la crise entre les États-Unis et l'Iran. Cet incident dans un passage maritime stratégique à l'échelle mondiale a immédiatement fait grimper les prix du pétrole.

Une partie des valeurs pétrolières ont progressé dans le sillage des cours du brut comme TechnipFMC +2,09% à 20,05 euros) ou CGG (+1,72% à 1,54 euro) mais Total a fait du surplace (+0,06% à 46,98 euros).

Renault a gagné 1,13% à 55,61 euros. Le ministre des Finances Bruno Le Maire et le président de Renault Jean-Dominique Senard ont eu jeudi "un entretien tourné vers l'avenir" à Bercy, après des déclarations publiques sur la responsabilité de l'échec de la fusion entre le constructeur français et le groupe Fiat Chrysler (FCA).

  1. Euronext CAC40

Vos commentaires