En ce moment
 

Li Ka-shing, l'homme d'affaires le plus riche de Hong Kong, annonce sa retraite

Li Ka-shing, l'homme d'affaires le plus riche de Hong Kong, annonce sa retraite
Li Ka-shing, l'homme le plus riche de Hong Kong lors d'une conférence de presse à Hong Kong, le 16 mars 2018 Anthony WALLACE

Li Ka-shing, l'homme le plus riche de Hong Kong, a annoncé vendredi qu'il prenait sa retraite de la présidence de sa société phare, CK Hutchison, tournant la page d'une ère marquée par un sens aigu des affaires.

"J'ai décidé de démissionner de mon poste de président du groupe et de me retirer de celui de directeur général lors de la prochaine assemblée générale annuelle", a déclaré M. Li, 89 ans, dans un communiqué.

M. Li, qui aura 90 ans en juillet, met un point final à des spéculations croissantes sur son départ en retraite après près de 70 ans de carrière. Il devrait transmettre les rênes de son empire à son fils aîné Victor.

L'homme d'affaires, parti d'une petite entreprise de fleurs en plastique pour se retrouver à la tête d'un réseau tentaculaire présent dans une cinquantaine de pays, a ajouté qu'il jouerait le rôle de "conseiller principal" auprès de la compagnie.

Devant les journalistes, il s'est dit "heureux et honoré" des opportunités que lui a fournies la vie. "Les jeunes d'aujourd'hui ont également beaucoup d'opportunités", a-t-il ajouté. "Les connaissances changent le destin, il faut investir et se renforcer".

Jusqu'alors, il s'était refusé à répondre clairement aux questions sur son retrait des affaires mais une vaste réorganisation de ses affaires en 2015 avait été perçue comme un préparatif pour un passage de témoin.

D'après les analystes, les investisseurs et les marchés se sont préparés de longue date à son départ.

L'homme d'affaires, dont les sociétés principales sont CK Hutchison, CK Asset Holdings, CK Infrastructure Holdings et Power Assets Holdings, est devenu emblématique de l'ancienne colonie britannique revenue dans le giron de la Chine en 1997.

Ses sociétés sont présentes dans des secteurs allant du commerce de détail, aux télécommunications en passant par les services et les ports à conteneurs.

Les investisseurs de Hong Kong et d'Asie surveillaient de près les faits et gestes de celui qui a été surnommé "Superman" pour son sens des affaires. Ses décisions, qui donnaient le la aux marchés, étaient susceptibles d'affecter les prix de l'immobilier et des services dans le territoire semi-autonome.

En novembre, CK Asset a vendu ses parts dans le gratte-ciel hongkongais Center pour la record de 40,2 milliards de dollars hongkongais (4,15 milliards d'euros).

Il est au 23e rang des milliardaires mondiaux, à trois places du fondateur d'Alibaba Jack Ma et six places derrière Pony Ma, le patron du géant chinois de l'internet Tencent, d'après le classement 2018 du magazine Forbes. Il pèse 34,9 milliards de dollars (28 milliards d'euros).

Une légende locale raconte que M. Li contrôle même la météo, faisant en sorte que les typhons ne frappent jamais Hong Kong pendant les heures de travail.

Vos commentaires