En ce moment
 

Macron reçoit vendredi les syndicats agricoles pour parler de la PAC

Macron reçoit vendredi les syndicats agricoles pour parler de la PAC
Le président français, Emmanuel Macron, le 19 juillet 2018 à Sarliac-sur-l'IlesNicolas TUCAT

Emmanuel Macron recevra vendredi les cinq principaux syndicats agricoles pour leur présenter sa vision de la prochaine Politique agricole commune (PAC), en négociation au niveau européen, a indiqué jeudi l'Elysée.

"Lors du discours de Rungis en octobre, le président avait présenté son idée d'une France leader d'une alimentation saine, sure et durable", indique une source élyséenne.

FNSEA, JA, Coordination rurale, Confédération paysanne et Modef doivent être reçus vendredi par le président.

"Il était important qu'il réaffirme à l'été sa vision de la PAC", pour laquelle il veut que la France "soit une force de traction", a-t-elle ajouté.

Cette rencontre intervient peu après une polémique sur l'implication du gouvernement dans la négociation de la future PAC.

Le président va "réaffirmer son engagement pour une PAC volontariste sur le plan budgétaire", c'est-à-dire avec un budget stable dans le cadre d'une Europe à 27. Il rappellera également "ses trois ambitions: la gestion des risques climatiques et lutte contre la volatilité des prix, l'accélération de la transition environnementale et la structuration des filières", selon la même source.

La PAC sera le sujet dominant de cette rencontre mais les cinq syndicats ayant déploré la semaine dernière l'échec de la commission mixte paritaire à s'entendre sur la loi Alimentation, "c'est l'occasion de répondre à leurs questions", selon l'Elysée.

Le point d'achoppement était notamment le rôle des filières dans la création d'indicateurs de coûts de production.

"Il y a encore un énorme travail à faire dans la structuration de nos filières au niveau français", a déclaré l'Elysée qui assure que "si les indicateurs et les contrats types ne sont pas validés par les trois parties (producteurs, transformateurs et distributeurs), cela ne marchera pas".

"La PAC doit être le prolongement de cette réflexion stratégique des filières françaises. Le changement culturel qu'on est en train de mener sur le dialogue entre producteurs, transformateurs et distributeurs peut demain s'accompagner de mécanismes dans la PAC qui vont dans ce sens, donc c'est vraiment important", selon la même source.

Par ailleurs, le président fera en octobre un état des lieux des Etats généraux de l'alimentation (EGA), un an après la tenue des ateliers.

Vos commentaires