En ce moment
 
 

New York prête à redoubler d'efforts pour les vélos à partir de 2022

New York prête à redoubler d'efforts pour les vélos à partir de 2022
Un cycliste se fraie un chemin entre les voitures près de Times Square, à New York, le 30 juillet 2019Drew Angerer

Fini le règne de l'automobile: New York a décidé mercredi de redoubler d'efforts pour protéger les cyclistes et fluidifier la circulation des bus, moyennant quelque 1,7 milliard d'investissements à partir de 2022.

Alors que 25 cyclistes ont été tués cette année sur les routes new-yorkaises, pire bilan en 20 ans, le conseil municipal a adopté à une large majorité un plan prévoyant la création de quelque 400 kms de pistes cyclables protégées supplémentaires sur cinq ans.

Si la ville compte déjà quelque 2.000 km de pistes cyclables, et que le maire actuel Bill de Blasio s'est vanté d'avoir ajouté depuis 2014 "quatre fois plus de kilomètres de pistes cyclables protégées que tous les autres maires réunis", seules environ 200 km de pistes sont aujourd'hui protégées par des barrières.

"New York a prouvé aujourd'hui qu'elle est une des villes les plus progressistes du pays", a affirmé le bouillant président du conseil municipal, le démocrate Corey Johnson, à l'origine de ce plan et cache mal ses ambitions de briguer la mairie de la première métropole américaine.

Le plan prévoit aussi d'améliorer la circulation des bus et d'introduire des feux de circulation leur donnant la priorité à quelque 1.000 intersections-clé.

La date de début 2022 pour l'entrée en vigueur de ces mesures, qui vont nécessiter de renforcer les moyens du service municipal des Transports, est le fruit d'un compromis avec le maire Bill de Blasio: c'est à cette date qu'il devrait quitter ses fonctions, après deux mandats consécutifs à la mairie et une brève incursion dans la course à l'investiture démocrate pour la présidentielle 2020.

Beaucoup s'attendent à ce que le plan sur 10 ans, dont le financement reste à préciser, soit très critiqué, tant la circulation est déjà difficile à New York.

Corey Johnson a déjà dû répondre à un feu roulant de questions d'automobilistes inquiets, tant des embouteillages supplémentaires que ce plan pourrait générer que de la perte de précieuses places de stationnement.

Vos commentaires