En ce moment
 

Nice: le système de freinage au coeur du procès d'un conducteur de tramway

Nice: le système de freinage au coeur du procès d'un conducteur de tramway
La représentante du parquet a demandé un complément d'information et souhaité que le conducteur, un homme de 57 ans sans incident à déplorer, "ne soit pas le seul à répondre d'homicide involontaire"VALERY HACHE

La conception du tramway de Nice et l'éventuelle responsabilité d'Alstom ont été invoquées lundi à Nice au procès d'un conducteur, jugé pour le décès d'un passager lors d'un freinage automatique d'urgence en 2015, après un accident mortel similaire à Montpellier en 2012.

La représentante du parquet a demandé un complément d'information et souhaité que le conducteur, un homme de 57 ans sans incident à déplorer, "ne soit pas le seul à répondre d'homicide involontaire". "Il aurait été préférable que comparaissent également Alstom et la régie" municipale Lignes d'Azur qui lui a acheté le tramway, a déclaré Mme Brigitte Funel, en renonçant à toute réquisition et ouvrant la voie à un possible renvoi du procès pour supplément d'information.

"Je me rends compte que le parquet (qui a mené l'enquête, ndlr) n'est pas allé plus loin que la responsabilité du seul mis en cause (...) Peut-être faudrait-il ouvrir le débat, et ce d'autant que nous sommes tous concernés", a-t-elle ajouté, après l'intervention à la barre d'un expert cité par le syndicat CGT Lignes d'Azur qui a mis en cause des défauts de conception du tramway niçois.

Selon l'ingénieur du CNRS Robin Foot, cité par la CGT, "il y a eu deux facteurs à l'accident, le système de veille automatique et le non-respect de la norme". Le système de veille automatique oblige le conducteur à presser son volant toutes les 1 à 10 secondes sans quoi une sonnerie stridente se déclenche puis un freinage d'urgence automatique très violent.

En quelques mètres, le tramway s'arrête. A l'intérieur, l'impact est maximum. Lors de l'accident qui lui a coûté la vie en avril 2015, Jacques Burgède, 76 ans, a fait une glissade de plus cinq mètres dans la rame. Sa tête avait heurté un poteau et il était décédé après cinq jours d'hôpital.

Selon M. Foot, quand la régie niçoise a fait rallonger ses rames de tramway par Alstom en 2012, le constructeur équipait déjà depuis 2003 la ville australienne de Melbourne avec un système de freinage d'urgence automatique moins brutal.

Sortie des usines Alstom à partir de 1997, la gamme Citadis équipe une vingtaine de villes françaises.

Le tribunal a mis sa décision en délibéré au 15 mars.

Vos commentaires