En ce moment
 

Nos Diables Rouges bientôt en mission économique? "Il y en a qui sont motivés à promouvoir l'image de leur pays"

La présence de la famille royale est une aide précieuse lors de missions économiques, mais aujourd'hui les Diables Rouges font autant rêver que nos souverains et sont de dignes représentants du pays. D'où l'idée de les impliquer dans de futurs voyages. Est-ce réalisable ? Quel est l'intérêt de miser sur des sportifs professionnels ?

Fin mars 2015, la princesse Astrid est en mission économique au Qatar et aux Emirats Arabes Unis. Elle effectue alors 7 jours de mission, rencontre 450 participants dont Justine Henin. L’ancienne championne de tennis accompagne un chef d’entreprise spécialisée dans les boissons principalement sans alcool. 


"Ça permet surtout d'améliorer l'image de la Belgique"

"Tout le monde m'a connu enfermée sous ma casquette, pas toujours très disponible mais je pense qu'avec les années, avec mon arrpêt de carrière, j'ai appris à m'ouvrir. Ici ça permet d'établir des contacts", expliquait Justine Henin à cette époque.

3 ans plus tard, nous sommes allés à la rencontre avec le patron qui l’avait invitée. Un contrat avait été signé. 

"En plus de l'ouverture des portes, ça nous donne de l'émotion dans les réunions, ce qui peut parfois être difficile. Ça peut permettre de signer des contrats mais ça permet surtout d'améliorer l'image de la Belgique", explique Philippe Stassen, administrateur délégué de Néobulles.

Des sportifs en mission économique ? Cela donne des idées à Didier Reynders. Le ministre des affaires étrangères veut emmener à l’avenir des Diables Rouges.


Un agenda chargé

"Je crois que dans les jours actuels, il y en a qui sont aussi motivés à vouloir travailler à cette idée de promouvoir l'image de leur pays, ce qu'ils font déjà en jouant au football. On peut faire des choses sur le plan économique en terme d'image mais aussi sur le plan social. Il y a beaucoup d'enfants qui ont envie de rencontrer des joueurs de cette envergure", explique le ministre des Affaires étrangères.

Sur le principe, l’Union belge de football n’est pas contre l’idée mais rappelle que la décision revient d’abord aux Diables Rouges qui sont d’ailleurs liés à leur club respectif.

Mais vu leur agenda chargé, il faudra sans doute attendre que les Diables Rouges aient terminé leur carrière avant de s’envoler vers ce nouveau terrain de jeu.

Vos commentaires