Scooters en libre service: la RATP entre au capital de Cityscoot

Scooters en libre service: la RATP entre au capital de Cityscoot
Un Cityscoot en libre service à Paris, le 18 novembre 2017GEOFFROY VAN DER HASSELT

Le loueur parisien de scooters électriques en libre service Cityscoot a annoncé mardi l'entrée à son capital du groupe RATP dans le cadre d'une opération de financement de 40 millions d'euros pour développer le service en France et en Europe.

La start-up française avait déjà levé 15 millions d'euros en juillet 2016, un mois après le lancement du service à Paris. Elle compte une flotte de 1.600 scooters électriques, déployée dans la capitale et quelques communes limitrophes.

Le service va être expérimenté ce mois-ci à Nice et démarrer dans "trois autres villes", en France, en Suisse et en Italie, a annoncé Cityscoot, dans un communiqué.

"Le parc sera porté à 5.000 scooters en 2018, constituant ainsi la plus grosse flotte de deux-roues électriques partagés au monde", affirme la start-up.

"Le groupe RATP, via sa filiale RATP Capital Innovation et (le fonds d'investissement) InVenture Partners se sont associés aux actionnaires de Cityscoot, parmi lesquels la Caisse des Dépôts, et au partenaire stratégique LeasePlan pour mener cette opération" de financement, a détaillé l'entreprise.

Plus de la moitié du montant de 40 millions d'euros consiste en une augmentation de capital, a expliqué un porte-parole à l'AFP.

"En s'associant à cette start-up, le Groupe RATP répond à la demande croissante (des) voyageurs" et se dit "convaincu de la complémentarité entre les modes: un trajet porte-à-porte, fluide et multimodal", a déclaré Catherine Guillouard, PDG du gestionnaire des transports publics parisiens.

Cityscoot revendique déjà 70.000 utilisateurs réalisant 7.000 à 9.000 trajets quotidiens. Le service est accessible uniquement en paiement à l'usage, sans frais d'inscription, ni abonnement, à des tarifs compris entre 20 et 28 centimes par minute.

La société compte 120 salariés en CDI.

Vos commentaires