En ce moment
 
 

Touchée par une "sécheresse très marquée", la Côte-d'Or renforce les restrictions d'eau

Touchée par une
La préfecture de Côte-d'Or a annoncé vendredi le renforcement des mesures de restriction d'eau dans le département à compter du lundi 5 aoûtPHILIPPE DESMAZES

La préfecture de Côte-d'Or a annoncé vendredi le renforcement des mesures de restriction d'eau dans le département à compter de lundi, pour faire "face à un épisode de sécheresse très marquée".

"Le suivi hydrologique, réalisé en continu par les services de l'Etat, a mis en évidence une aggravation rapide de la situation (...) sur l'ensemble des 18 bassins versants du département dont 10 bassins en situation de crise", indique la préfecture dans un communiqué.

"Depuis le début de l'été (la Côte-d'Or) fait face à un épisode de sécheresse très marquée", selon la même source. Les mesures de restriction d'usage de l'eau prises fin juin "ont déjà été renforcées à quatre reprises durant le mois de juillet", rappelle-t-elle.

"En dépit de quelques orages, la situation se dégrade et reste très préoccupante dans les cours d’eau du département. La récente période de canicule renforce cette dégradation", poursuit le communiqué.

Au-delà du seuil de vigilance, il existe trois niveaux de restriction: l'alerte, l'alerte renforcée et le niveau de crise.

Vendredi, au moins 79 départements de France métropolitaine étaient concernés par des restrictions d'eau, dont 35 avaient au moins un bassin en situation de crise, selon le site Propluvia, qui recensait les restrictions publiées jusqu'à jeudi minuit.

En Bourgogne, les quatre départements ont atteint le seuil de crise sur au moins une partie de leur territoire.

Les restrictions d'eau "pour les activités agricoles, industrielles ou les golfs sont donc mises en place et renforcées dans les bassins en alerte renforcée et en crise", a précisé la préfecture de Côte-d'Or.

"L'irrigation agricole est interdite aux heures les plus chaudes de la journée mais reste possible de 17H00 à 12H00 en semaine sauf pour les secteurs en crise." Certains professionnels "peuvent être autorisés, sous conditions, à arroser certains types de culture", notamment les plus sensibles au stress hydrique.

Vos commentaires