Wall Street, déçue par le commerce chinois, ouvre en baisse

Wall Street, déçue par le commerce chinois, ouvre en baisse
La Bourse de New York ouvre en baisse, affectée par un recul de l'excédent commercial chinois qui alimente l'inquiétude sur l'économie du pays et la croissance mondialeBryan R. Smith

A découvrir

Wall Street a démarré en baisse lundi, affectée comme la plupart des places en Asie et en Europe par un recul de l'excédent commercial chinois qui alimente l'inquiétude sur l'économie du pays et la croissance mondiale.

Vers 15H20 GMT, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, reculait de 0,36%, à 23.909,04 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, perdait 0,72%, à 6.921,46 points.

L'indice élargi S&P 500 se repliait de 0,45%, à 2.584,70 points.

Malgré un reflux vendredi, la Bourse de New York avait bondi sur l'ensemble de la semaine dernière, aidée par un regain d'optimisme sur les relations commerciales Pékin-Washington et une forte hausse des cours du pétrole: le Dow Jones avait gagné 2,4% et le Nasdaq 3,5%.

"Les investisseurs intègrent de nouvelles données décevantes de la deuxième économie du monde", ont observé les analystes de Wells Fargo.

Pour la deuxième année consécutive, l'excédent commercial de la Chine a baissé en 2018, reculant cette fois de 16,2%, à 351,8 milliards de dollars, selon l'administration des Douanes.

Cette nouvelle a eu pour effet de faire clôturer les places chinoises en baisse et d'affecter entre autres les Bourses de Paris, Londres et Francfort.

"Les préoccupations sur un ralentissement de la croissance mondiale sont de retour et cela justifie des prises de bénéfices", a réagi Patrick O'Hare, de Briefing.

Ces craintes ont déjà entraîné une forte chute des indices en fin d'année dernière et constituent, selon des propos du patron de la banque centrale américaine, Jerome Powell, jeudi, "l'inquiétude principale" de l'institution.

- Régime des faillites -

Les valeurs technologiques, dépendantes d'une croissance mondiale robuste pour alimenter la demande de leurs produits et services, chutaient: Apple perdait 1,23%, Amazon 0,68% et Alphabet (maison mère de Google) 0,94%.

Les entreprises chinoises cotées à Wall Street reculaient également: Alibaba perdait 2,09% et Baidu 1,95%.

Les investisseurs se positionnaient par ailleurs lundi au démarrage de la saison des résultats du quatrième trimestre 2018.

Le cabinet S&P Capital IQ a revu à la baisse ses perspectives de croissance des bénéfices de ces entreprises, à 12,1% pour le quatrième trimestre 2018 et 5,6% sur l'ensemble de l'année 2019.

En guise de top départ à cette saison, la banque Citigroup a annoncé lundi des résultats contrastés, marqués par un bond de ses bénéfices sur fond de stagnation de ses revenus. Son titre prenait 2,82% peu après l'ouverture.

Les banques JPMorgan Chase (+0,67%) et Wells Fargo (+0,54%) doivent publier les leurs mardi, avant Bank of America (+0,85%) et Goldman Sachs (+0,45%) mercredi.

La prolongation du "shutdown", une fermeture partielle des administrations américaines en raison d'un blocage politique entre la Maison Blanche et les démocrates autour du financement d'un mur à la frontière avec le Mexique, restait par ailleurs un "frein" à la progression des indices, de l'avis de M. O'Hare.

Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt sur la dette à dix ans reculait à 2,688%, contre 2,701% vendredi à la clôture, et celui à 30 ans montait à 3,044%, contre 3,033% en fin de semaine dernière.

Parmi les autres valeurs, la compagnie d'électricité PG&E dégringolait de 47,5% après que l'entreprise, mise en cause dans l'incendie de forêt qui a ravagé la Californie fin 2018, a annoncé qu'elle se préparait à se placer sous le régime des faillites américaines, le Chapter 11.

Le groupe de presse Gannett, éditeur entre autres du quotidien USA Today, bondissait de 15,69% après l'offre de rachat déposée par la société MNG, une proposition représentant une prime de 23% par rapport au cours de clôture vendredi.

  1. Nasdaq

Vos commentaires