Wall Street termine en baisse, lestée par les taux d'intérêt

Wall Street termine en baisse, lestée par les taux d'intérêt
Traders sur le parquet du New York Stock le 25 janvier 2018 à New York Bryan R. Smith

Wall Street a terminé en baisse lundi, affaiblie par une forte tension des taux d'intérêt sur la dette américaine et par un recul des valeurs de l'énergie: le Dow Jones a perdu 0,67% et le Nasdaq 0,52%.

Selon les chiffres définitifs à la clôture, le Dow Jones a perdu 177,23 points à 26.439,48 points.

Le Nasdaq a reculé de 39,27 points à 7.466,51 points.

L'indice élargi S&P 500 a lâché 0,67%, ou 19,34 points, à 2.853,53 points.

La hausse des taux d'intérêt "est souvent négative pour les actions car si la dette américaine, qui est un actif sûr, propose des rendements élevés, cela impose une concurrence plus grande au marché des actions", a indiqué William Lynch de Hinsdale Associates.

Le rendement des bons du Trésor à 10 ans atteignait lundi un plus haut depuis avril 2014, à 2,694% contre 2,660% vendredi, soit "20 points de base (0,20 point de pourcentage, ndlr) au-dessus des anticipations des analystes" en début d'année, a commenté Sam Stovall de CFRA.

De son côté, le taux à deux ans a atteint en séance 2,157% un niveau plus observé depuis 2008.

Celui des bons à 30 ans montait quant à lui à 2,942%, contre 2,911% en fin de semaine dernière.

"Ces mouvements sont liés à une croissance en hausse dans le monde et à un début de saison des résultats favorable" aux Etats-Unis, ont commenté les analystes de Schwab.

La tension sur les taux "peut également suggérer que le marché obligataire s'attend à une hausse de l'inflation plus rapide que prévu et à une approche plus agressive de la banque centrale américaine (Fed) sur ses taux d'intérêt", en raison d'une économie qui serait "en surchauffe", a commenté M. Stovall.

Une nouvelle réunion de l'institution mardi et mercredi ne devrait toutefois pas aboutir à une nouvelle hausse des taux, la probabilité d'un statu quo étant évaluée à 95% selon les contrats à terme passés par les investisseurs.

Wall Street a par ailleurs souffert d'une baisse des valeurs du secteur de l'énergie au sein du S&P 500 (-1,55%) sous l'effet d'un recul des prix du pétrole.

- Incertitudes sur l'iPhone X -

Signe du sentiment d'incertitude qui a touché Wall Street lundi, l'indice qui mesure la volatilité au sein du S&P 500 est monté à un plus haut depuis août 2017.

Mais malgré son recul, "le marché a encore de très bonnes chances de poursuivre sa hausse à court terme", a estimé M. Stovall.

De nombreux poids lourds de Wall Street doivent en effet publier cette semaine leurs résultats, à l'image de Boeing, Microsoft et Facebook mercredi, Alphabet (maison-mère de Google), Amazon et Apple jeudi, ainsi que ExxonMobil et Chevron vendredi.

Dans ses dernières prévisions sur les résultats d'entreprises, la société Factset a estimé que le taux de croissance des bénéfices trimestriels des sociétés dans leur ensemble pourrait se rapprocher de 14%, soit le troisième trimestre de croissance à deux chiffres sur les quatre derniers.

A deux jours de la publication de ses résultats, Apple (-2,07% à 167,96 dollars) a pour l'heure pesé sur la tendance générale, le quotidien japonais Nikkei ayant rapporté lundi que la marque à la pomme allait réduire sa production d'iPhone X de 20 millions d'unités au premier trimestre 2018 en raison de ventes de fin d'année décevantes.

Parmi les autres valeurs du jour, le producteur de boissons non alcoolisées Dr Pepper Snapple a bondi (+22,39% à 117,07 dollars), après l'annonce de sa fusion avec le fabricant de cafetières et de dosettes Keurig Green Mountain pour créer une entreprise à 11 milliards de dollars de revenus annuels en pleine baisse des ventes de sodas aux Etats-Unis.

La major pétrolière ExxonMobil a reculé (-1,09% à 88,01 dollars). Le groupe a promis d'investir 50 milliards de dollars aux Etats-Unis dans les cinq prochaines années, sans toutefois donner les détails sur ce programme.

Le groupe de cosmétiques Avon Products a reculé (-0,82% à 2,41 dollars) après que trois actionnaires activistes ont appelé l'entreprise à explorer une potentielle vente de la société.

Vos commentaires