En ce moment
 

Wall Street, emmenée par la technologie, propulse le Nasdaq à un record

Wall Street, emmenée par la technologie, propulse le Nasdaq à un record
Traders sur le New York Stock Exchange le 4 mai 2018 à New YorkDrew Angerer

Wall Street a terminé en ordre dispersé mardi, le Nasdaq affichant un nouveau record sous l'effet d'une forte progression des valeurs technologiques, dont la hausse a toutefois été atténuée par la persistance d'inquiétudes sur le dossier du commerce américain.

Selon les résultats définitifs à la clôture, le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'est apprécié de 0,41%, à 7.637,86 points, après avoir déjà affiché un record la veille.

L'indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a perdu 0,06%, à 24.799,98 points.

L'indice élargi S&P 500 a progressé de 0,07%, à 2.748,79 points.

"Il est assez difficile de trouver des entreprises qui représentent des opportunités de croissance aussi excitantes que des Apple, Netflix ou Amazon", a indiqué Tom Cahill, de Ventura Wealth Management, qualifiant de "remarquable" le potentiel de progression de ce secteur.

Certains géants de la tech américaine ont connu une journée de forte avancée, à l'image de Twitter (+5,20%), Netflix (+1,10%), Amazon (+1,87%) ou Apple (+0,77%), ce dernier terminant à un nouveau plus haut historique, à 193,31 dollars l'action. Le sous-indice de la tech au sein du S&P 500 a pris 0,76%.

"C'est de plus en plus souvent le cas à Wall Street: la hausse des indices est tirée par ces valeurs", a noté Matt Miskin, stratégiste pour John Hancock Investments.

Twitter et Netflix ont notamment profité de leur intégration dès ce jeudi respectivement aux indices boursiers S&P 500 et S&P 100. Ces deux groupes vont prendre la place du géant des OGM et des pesticides Monsanto, qui va être racheté par l'allemand Bayer, a indiqué lundi la société S&P Dow Jones Indices.

- Soubresauts -

Les marchés sont toutefois restés sur leur garde concernant le dossier épineux du commerce des Etats-Unis avec ses partenaires.

"Les commentaires les plus récents sur la politique commerciale américaine ne sont pas allés dans la direction souhaitée par les courtiers", a affirmé M. Cahill.

La Chine a bien proposé d'acheter près de 70 milliards de dollars de biens américains supplémentaires pour réduire le déficit des Etats-Unis, à condition que l'administration Trump abandonne sa menace de tarifs sur 50 milliards de marchandises chinoises, affirme mardi le Wall Street Journal.

"Les marchés ne se sont pas réellement engagés dans un sens ou dans l'autre (après cette annonce), ils semblent s'habituer aux soubresauts" créés par les annonces américaines et étrangères à répétition ces derniers temps, a noté M. Miskin.

Le marché obligataire se détendait: le rendement sur la dette américaine à 10 ans reculait à 2,917%, contre 2,942% lundi à la clôture, et celui sur les bons à 30 ans baissait à 3,079%, contre 3,085% la veille.

Parmi les autres valeurs du jour, Starbucks a reculé (-2,44% à 55,68 dollars) après l'annonce lundi du départ de son patron, Howard Schultz, l'homme qui a bouleversé la consommation de café aux Etats-Unis.

Tesla a perdu 1,89% à 291,13 dollars. Le groupe automobile tient son assemblée générale annuelle mardi et pourrait se heurter à l'opposition d'un groupe d'investisseurs activistes à l'élection de certains membres du conseil d'administration.

Vos commentaires