Wall Street fragilisée à l'ouverture par les craintes sur la croissance

Wall Street fragilisée à l'ouverture par les craintes sur la croissance
A la Bourse de New York, le 10 janvier 2019Bryan R. Smith

A découvrir

La Bourse de New York reculait à l'ouverture mardi, lestée au retour d'un week-end prolongé par les inquiétudes sur l'économie mondiale après un avertissement du FMI sur la croissance et des chiffres chinois.

Vers 15H15 GMT, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, cédait 0,80% à 24.509,66 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, reculait de 1,20% à 7.071,52 points.

L'indice élargi S&P 500 perdait 1,00% à 2.644,03 points.

Profitant d'un regain d'optimisme sur un possible règlement du conflit commercial entre Pékin et Washington, Wall Street avait terminé sur une note positive vendredi et permis aux indices d'amplifier leur hausse sur l'ensemble de la semaine, le Dow Jones gagnant 2,96%, le Nasdaq 2,66% et le S&P 500 2,87%.

Il s'agissait de leur quatrième semaine de hausse de suite après un mois de décembre chaotique.

Les marchés américains, fermés lundi pour un jour férié en hommage à Martin Luther King, digéraient mardi deux nouvelles dévoilées la veille.

Le Fonds monétaire international (FMI) a d'une part abaissé ses prévisions de croissance mondiale pour 2019 à 3,5%, prenant acte de la persistance des tensions commerciales et de la montée des risques politiques.

Le Bureau national des statistiques (BNS) chinoise a d'autre part annoncé que la croissance de la Chine avait avancé à son rythme le plus lent depuis 2009 au quatrième trimestre 2018 (+6,4%), et depuis 1990 sur l'ensemble de l'année (6,6%).

Dans le même temps aux Etats-Unis, les administrations fédérales restaient partiellement fermées, le budget étant toujours paralysé par un bras de fer entre les démocrates au Congrès et la Maison Blanche sur le financement d'un mur anti-immigration à la frontière avec le Mexique.

- Retour sur terre -

Tous ces éléments, qui alimentent les inquiétudes sur la croissance, pèsent sur le marché des actions "dans la mesure où ils ramènent un peu les investisseurs sur terre après la progression ininterrompue des indices ces quatre dernières semaines qui a conduit à une hausse du S&P 500 de 13,6% depuis le 24 décembre", a souligné Patrick O'Hare de Briefing. Après "une telle avancée en si peu de temps", les indices "sont prêts pour un repli", a-t-il estimé.

Sur le front des valeurs, le groupe pharmaceutique et de produits d'hygiène Johnson and Johnson (JNJ) reculait de 1,91%. Le groupe s'est montré prudent pour 2019, alors que ses frais juridiques ont doublé au moment où il fait face à une action en nom collectif (class action) aux Etats-Unis, dont les auteurs affirment que son talc contient de l'amiante. Pour le quatrième trimestre, son bénéfice par action ajusté et son chiffre d'affaires étaient supérieurs aux attentes.

Le groupe de services pétroliers Halliburton perdait de son côté 5,15%. Il est repassé dans le vert au quatrième trimestre 2018, le redressement continu de son activité à l'international ayant compensé une baisse de la demande pour ses services en Amérique du Nord.

Arconic, le groupe né de la scission du géant de l'aluminium Alcoa et spécialisé dans les matériaux composites, chutait de 14,83% après avoir officiellement renoncé à se vendre après un an de discussions avec de potentiels acquéreurs dont le fonds Apollo Global Management.

La plateforme de ventes en ligne eBay bondissait de 8,58% alors que l'investisseur activiste a dévoilé détenir 4% des actions de l'entreprise et demandé une revue de son portefeuille d'activités.

Le groupe de messageries FedEx, qui a prévenu vendredi qu'il pourrait passer dans ses comptes une charge se montant jusqu'à 575 millions de dollars pour son plan de départs volontaires, reculait de 1,29%.

Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt sur la dette à dix ans reculait à 2,747% contre 2,784% vendredi à la clôture, et celui à 30 ans à 3,068%, contre 3,097% vendredi.

  1. Nasdaq

Vos commentaires