En ce moment
 

Wall Street ouvre en hausse, Boeing rebondit

Wall Street ouvre en hausse, Boeing rebondit
Le drapeau américain flotte devant la Bourse de New York, le New York Stock Exchange, le 11 mars 2019Don Emmert

A découvrir

Wall Street montait à l'ouverture mercredi malgré le Brexit, aidée par des indicateurs américains bien accueillis sur l'inflation et les commandes de biens durables et le rebond de l'action Boeing.

Vers 14H45 GMT, l'indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, gagnait 0,33%, à 25.639,98 points.

L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, s'appréciait de 0,47%, à 7.626,78 points, et l'indice élargi S&P 500 prenait 0,40%, à 2.802,56 points.

La Bourse de New York avait terminé la séance en ordre dispersé mardi, le Dow Jones (-0,38%) pâtissant de la dégringolade, pour le deuxième jour de suite, de l'action du constructeur aéronautique tandis que le Nasdaq (+0,44%) poursuivait son rebond après sa pire semaine de l'année.

Mais alors que la liste des pays fermant leur espace aérien aux Boeing 737 MAX s'allongeait mercredi, trois jours après le crash d'un 737 MAX 8 près d'Addis Abeba, le titre de l'entreprise reprenait un peu de vigueur (+0,18%) après avoir lâché plus de 11% au cours des deux derniers jours.

Cette reprise du membre pesant le plus sur le Dow Jones aidait la progression de l'indice.

Mais les investisseurs réagissaient aussi à la hausse moins forte que prévu des prix à la production en février aux Etats-Unis et à l'augmentation pour le 3e mois d'affilée en janvier des commandes industrielles de biens durables.

"On a encore quelques économistes influents de Wall Street qui anticipent de nouvelles hausses des taux d'intérêt cette année en se basant sur l'idée que l'inflation va vraiment commencer à s'accélérer", a rappelé Christopher Low de FTN Financial.

Or l'indicateur sur les prix à la production ayant encore montré que l'inflation restait modeste aux Etats-Unis, "la perspective de nouvelles hausses de taux cette année s'éloigne encore un peu plus", a-t-il ajouté. De quoi réjouir les acteurs du marché des actions, qui ont largement profité ces dernières années du faible niveau des taux d'intérêt.

L'indicateur sur les commandes industrielles, de son côté, "est une surprise positive car il montre que la demande de la part des entreprises aux Etats-Unis reste solide, contrairement à d'autres pays comme l'Allemagne ou le Japon", a souligné M. Low.

Wall Street semblait par ailleurs reléguer au second plan le rejet du nouvel accord sur le Brexit.

"Certains redoutaient qu'une telle décision ne chamboule complètement les marchés financiers mais visiblement, quand on voit la Bourse de Londres quasiment stable et la livre en léger repli seulement, on se dit que les courtiers l'avaient déjà intégrée dans le marché", a estimé M. Low.

Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt sur la dette à dix ans montait à 2,611%, contre 2,601% mardi soir, et celui sur la dette à 30 ans à 3,003%, contre 2,991% à la précédente clôture.

  1. Nasdaq

Vos commentaires