En ce moment
 
 

Wall Street ouvre en hausse, le S&P 500 à un record

Wall Street ouvre en hausse, le S&P 500 à un record
Richard Branson, fondateur de la société de tourisme spatiale Virgin Galactic, a sonné la cloche marquant l'ouverture de la séance à l'occasion de l'arrivée du titre de son entreprise sur le New YorkJohannes EISELE

A découvrir

Wall Street montait lundi à l'ouverture, l'indice élargi S&P 500 grimpant même à un niveau inédit en séance, portée par un regain d'espoir sur un accord commercial sino-américain et par des résultats de bonne tenue.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, progressait vers 14H15 GMT de 0,68%, à 27.140,11 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, montait de 0,81%, à 8.309,62 points.

L'indice élargi S&P 500 s'appréciait de 0,74%, à 3.041,44 points, après avoir dépassé son précédent record.

Cette performance a été immédiatement saluée par le président américain qui, dans un tweet, a estimé: "C'est une grande victoire pour les emplois, pour les 401-K (l'épargne retraire des Américains, NDLR), et, franchement, pour TOUT LE MONDE".

La Bourse de New York avait déjà terminé dans le vert vendredi, le marché progressant grâce à des chiffres d'entreprises trimestriels globalement positifs et un optimisme modéré sur le front commercial: sur l'ensemble de la semaine le Dow Jones s'était apprécié de 0,7%, le Nasdaq de 1,9% et le S&P 500 de 1,2%.

La Chine a confirmé samedi que les négociations commerciales avec les Etats-Unis étaient sur la bonne voie, annonçant au passage son intention de lever l'embargo sur les importations de volaille américaine.

Et Donald Trump a laissé entendre lundi que la signature d'un accord commercial avec Pékin pourrait intervenir avant le sommet de l'Association des pays riverains du Pacifique (APEC) qui doit avoir lieu mi-novembre au Chili.

- LVMH intéressé par Tiffany -

En plus de l'espoir d'avancées vraiment concrètes dans les négociations commerciales entre les deux premières puissances économiques mondiales, les investisseurs misaient sur la réunion du Comité de politique monétaire de la Réservé fédérale.

La quasi-totalité des acteurs du marché pensent en effet que la banque centrale américaine va baisser pour la troisième fois d'affilée les taux d'intérêt mercredi pour soutenir l'activité affaiblie par la guerre commerciale.

Les résultats d'entreprises continuaient par ailleurs à tomber, avec notamment lundi les chiffres supérieurs aux attentes de l'opérateur téléphonique AT&T (+4,59%) et de la chaîne de pharmacie Walgreens Boots Alliance (+0,61%).

De façon générale, les bénéfices des entreprises du S&P 500 devraient reculer de 3,7% en moyenne selon les estimations du cabinet FactSet, ce qui est un peu mieux que le repli de 4,8% attendu la semaine dernière. Si ce chiffre se confirme, "il s'agirait de la première fois depuis la période comprise entre le quatrième trimestre 2015 et le deuxième trimestre 2016 que les bénéfices des entreprises reculent pour trois trimestres consécutifs", remarque John Butters de FactSet.

En plus des résultats et de la réunion de la Fed, les investisseurs auront à décortiquer cette semaine de nombreux indicateurs de premier plan dont le Produit intérieur brut du troisième trimestre mercredi, le rapport mensuel sur l'emploi et l'indice ISM sur l'activité manufacturière vendredi.

La séance était aussi marquée lundi par l'arrivée sur le New York Stock Exchange de Virgin Galactic, la société de tourisme spatial fondé par Richard Branson. Ce dernier a sonné la cloche marquant l'ouverture de la séance sur le New York Stock Exchange. Le titre grimpait de 6,70%.

Le joaillier Tiffany bondissait de 29,82% à 127,94 dollars alors que le groupe de luxe français LVMH a confirmé lundi son intérêt pour le groupe.

Le groupe de Bernard Arnault a mis 14,5 milliards de dollars sur la table, ce qui correspond à 120 dollars par action.

Le constructeur General Motors montait de 0,54% alors que les adhérents du syndicat américain UAW ont approuvé vendredi un accord salarial qui met fin à la plus longue grève chez le constructeur automobile depuis 50 ans.

Le syndicat va désormais entamer les négociations avec Ford (-0,75%), dès lundi, et enchaînera par la suite avec Fiat Chrysler (+1,14%).

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine montait à 1,851% contre 1,794% vendredi à la clôture.

  1. Nasdaq

Vos commentaires