En ce moment
 

Wall Street hésite à l'ouverture après un rapport mitigé sur l'emploi

Wall Street hésite à l'ouverture après un rapport mitigé sur l'emploi
Wall Street hésite en début de séanceBryan R. Smith

A découvrir

La Bourse de New York hésitait en début de séance vendredi sur la direction à suivre après un rapport en demi-teinte sur l'emploi américain et de nouvelles menaces de représailles commerciales à l'encontre des Etats-Unis.

Vers 14H10 GMT, l'indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, gagnait 0,18% à 25.371,63 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, avançait de 0,15% à 7.814,55 points après avoir oscillé entre pertes et gains depuis le début de la séance.

L'indice élargi S&P 500 s'appréciait de 0,16% à 2.828,18 points.

Wall Street avait terminé en ordre dispersé jeudi, l'envolée d'Apple, la première entreprise privée à franchir le cap des 1.000 milliards de dollars en Bourse, n'effaçant pas totalement un regain de tensions entre Washington et Pékin: le Dow Jones avait cédé 0,03% tandis que le Nasdaq avait gagné 1,24%.

Selon le rapport mensuel officiel sur l'emploi américain, toujours très étudié par les marchés, le taux de chômage aux Etats-Unis a légèrement baissé en juillet à 3,9%.

Le nombre de créations d'emplois (157.000) était moins élevé qu'attendu tandis que la hausse du salaire horaire moyen (+2,7% sur un an) est toujours ténue.

Mais sur trois mois, le nombre de créations d'emplois reste solide, tandis que la hausse du salaire horaire moyen ne s'accélère pas spécialement. Aussi le rapport ne devrait pas fondamentalement changer la perspective de la banque centrale américaine qui devrait continuer comme prévu à augmenter ses taux d'intérêt, relevaient plusieurs analystes.

Les investisseurs étaient par ailleurs marqués vendredi par la crainte d'une escalade du conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine, Pékin s'étant dit prêt à imposer de nouveaux droits de douane sur des importations de biens américains représentant 60 milliards de dollars.

- Le déficit se creuse -

Cette menace intervient le jour même où le département américain du Commerce a annoncé que le déficit commercial des Etats-Unis s'était nettement creusé en juin sous l'effet notamment d'une baisse des exportations de voitures et d'avions et d'une hausse des importations.

Le marché obligataire se détendait un peu: le rendement sur la dette américaine à dix ans évoluait à 2,965%, contre 2,986% jeudi à la clôture, et celui à 30 ans à 3,100%, contre 3,118% la veille.

Du côté des valeurs, le groupe agro-alimentaire Kraft-Heinz montait de 6,31% après avoir fait part de résultats trimestriels supérieurs aux attentes. Le groupe a souligné que la hausse des prix avait pesé sur ses bénéfices mais qu'il s'attendait à améliorer sa rentabilité d'ici la fin de l'année.

Symantec, spécialisé dans la sécurité informatique, chutait de 13,86% après avoir révisé à la baisse ses prévisions pour l'ensemble de l'année.

L'assureur AIG reculait de 3,19% après avoir annoncé jeudi soir des résultats trimestriels décevants, marqués par des investissements peu rentables.

L'éditeur de jeux vidéo Activision Blizzard, qui a fait part de chiffres meilleurs que prévu au deuxième trimestre aidés notamment par ses jeux à succès "Call of Duty" et "Overwatch" mais de prévisions inférieurs aux attentes pour le reste de l'année, perdait 1,90%.

Le groupe de médias CBS reculait de 1,97%. L'entreprise a annoncé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes mais son PDG Leslie Moonves est resté silencieux lors de la conférence téléphonique avec les analystes suivant leur publication sur les accusations de harcèlement sexuel dont il fait l'objet.

  1. NYSE

Vos commentaires