En ce moment
 

Wall Street rassurée par la hausse modérée des prix aux Etats-Unis

Wall Street rassurée par la hausse modérée des prix aux Etats-Unis
La Bourse de New York, le 27 août 2018Drew Angerer

A découvrir

La Bourse de New York a débuté la séance en hausse jeudi, les investisseurs accueillant positivement la hausse moins rapide que prévu des prix en août et misant sur un apaisement des tensions commerciales.

Vers 14H05 GMT, l'indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, gagnait 0,68%, à 26.176,24 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'appréciait de 0,88%, à 8.023,94 points.

L'indice élargi S&P 500 montait de 0,54%, à 2.904,66 points.

Wall Street avait terminé en ordre dispersé mercredi, les interrogations sur les conséquences des tensions entre Washington et Pékin continuant à planer sur le marché tandis que le secteur technologique était à la peine: le Dow Jones avait pris 0,11% et le Nasdaq avait perdu 0,23%.

Les acteurs du marché attendaient jeudi la publication des chiffres sur l'inflation en août, qui n'a augmenté que de 0,2% par rapport au mois précédent. En glissement annuel, cela correspond à une hausse des prix de 2,7%.

Et sans les prix alimentaires et de l'énergie, la hausse en août a été de 0,1%.

"Comme l'indice des prix à la production (mercredi), l'indice des prix à la consommation en août a apporté un soulagement inattendu", a commenté Christopher Low de FTN Financial.

Cette progression modérée des prix ne devrait en effet pas pousser la banque centrale américaine, dont l'une des missions est de veiller à la stabilité de l'inflation, à accélérer la remontée des taux d'intérêt. De quoi rasséréner les courtiers de Wall Street qui profitent depuis plusieurs années des faibles taux sur les marchés.

Leur réaction devrait toutefois être temporaire selon M. Low car les indicateurs de la semaine sur l'inflation ne sont pas suffisants "pour chambouler la perspective des membres du comité de politique monétaire de la Fed".

Après avoir reculé nettement à la publication des chiffres sur l'inflation, les taux d'emprunt à moyen et long terme de la dette américaine se stabilisait après l'ouverture: le rendement sur les bons du Trésor à 10 ans baissait à 2,962%, contre 2,963% mercredi soir, et celui à 30 ans à 3,101%, contre 3,104% à la précédente clôture.

D'autres banquiers centraux étaient aussi scrutés jeudi.

La Banque centrale européenne en particulier a maintenu jeudi ses taux d'intérêt au plus bas et confirmé l'arrêt à la fin de l'année de son vaste programme de rachats nets d'actifs.

- Apple rebondit -

La Banque d'Angleterre (BoE) a également opté, sans surprise, pour le statu quo de sa politique monétaire en attendant l'issue de difficiles négociations sur le Brexit.

La banque centrale de Turquie a en revanche fortement relevé jeudi son principal taux d'intérêt, une décision destinée notamment à endiguer la chute de la livre turque et apportant un peu de soulagement aux investisseurs s'inquiétant des crises émanant des pays émergents.

Wall Street était aussi encouragée par la proposition des Etats-Unis de reprendre les négociations avec la Chine pour tenter de sortir de la guerre commerciale qui oppose les deux pays.

Les actions de Boeing et Caterpillar, deux sociétés très sensibles à toute perturbation du commerce international, prenaient respectivement 1,90% et 1,37%.

La chaîne de supermarchés Kroger chutait de 10,41% après la publication de ses résultats trimestriels. Si le bénéfice était supérieur aux attentes, son chiffre d'affaires a moins progressé qu'anticipé par les analystes financiers.

Le spécialiste des chocolats Hershey s'appréciait de 0,16% après l'annonce du rachat, pour 420 millions de dollars, de la marque de snacks Pirate Brands au groupe B&G Foods (+2,35%).

Apple, qui avait terminé en baisse mercredi après avoir présenté trois nouvelles versions de l'iPhone, deux très haut de gamme et une plus abordable, regagnait du terrain et montait de 1,51%.

  1. YSE

Vos commentaires