En ce moment
 

Wall Street, optimiste avant l'inflation, termine en hausse

Wall Street, optimiste avant l'inflation, termine en hausse
Wall Street évolue en ordre dispersé à la mi-séance, tentant de trouver son équilibre après une chute la semaine dernièreSPENCER PLATT
 

A découvrir

Wall Street a terminé en hausse mardi après avoir évolué une partie de la séance dans le rouge, les investisseurs affichant leur optimisme à la veille d'un rapport sur l'inflation aux Etats-Unis.

Selon les résultats définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average a pris 0,16% ou 39,18 points à 24.640,45 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a avancé de 0,45% ou 31,55 points à 7.013,51 points.

L'indice élargi S&P 500 a progressé de 0,26%, ou 6,94 points, à 2.662,94 points.

"Il y a eu peu d'événements majeurs lors de la séance mais un élément notable est celui du recul du taux de rendement sur la dette américaine à 10 ans qui a encouragé le marché", a observé Tom Cahill de Ventura Wealth Management.

Après avoir connu une poussée de fièvre ces derniers jours, celui-ci baissait à 2,829% contre 2,859% la veille et celui à 30 ans reculait à 3,115% contre 3,144% lundi soir.

L'évolution de ces taux est sensible aux prévisions de hausse de l'inflation; ils s'étaient notamment enflammés après la publication il y a quelques jours d'un rapport évoquant une forte progression des salaires aux Etats-Unis.

Mais à la veille de la publication de l'indice des prix à la consommation pour janvier (CPI), les investisseurs semblaient sereins.

"Le rapport sur les salaires a été selon moi artificiellement élevé en raison des conditions météos défavorables. Les chiffres de demain devraient être moins élevés", a détaillé M. Cahill.

"Ces données seront surveillées au microscope car la question de fond sera de savoir si l'inflation gagne réellement en traction", a noté quant à elle Quincy Krosby de Prudential.

A l'inverse, une hausse de l'inflation pourrait encourager la banque centrale américaine (Fed) à accélérer ses hausses de taux d'intérêt et à mettre fin plus rapidement que prévu à l'environnement très favorable de taux bas dans lequel évoluent les entreprises et les ménages américains depuis 2009.

Les analystes s'attendent à une progression de 0,2% d'un mois sur l'autre, hors prix de l'énergie et de l'alimentation.

- Under Armour bondit -

Très discret lors de la lourde chute des indices la semaine dernière, le nouveau président de la banque centrale américaine (Fed), Jerome Powell, a par ailleurs effectué mardi sa prestation de serment à Washington.

Républicain modéré, juriste de formation et ex-banquier d'affaires membre du directoire de la Fed depuis cinq ans, M. Powell a réaffirmé son intention de poursuivre la politique menée par l'ancienne présidente de l'institution Janet Yellen.

Sur le front des valeurs, le fabricant d'articles de sport Under Armour a bondi (+17,36% à 16,70 dollars) après l'annonce d'un chiffre d'affaire au-dessus des estimations pour le quatrième trimestre.

PepsiCo a fini en petite hausse (+0,19% à 112,14 dollars), après avoir fait part d'un chiffre d'affaires et de bénéfices au-dessus des attentes lors de la publication de ses résultats trimestriels.

Le spécialiste de la livraison de produits alimentaires à domicile Blue Apron a terminé à l'équilibre à 3,35 dollars après avoir bondi en séance. Le groupe a annoncé des pertes moins grandes qu'anticipé au quatrième trimestre, grâce notamment à des améliorations opérationnelles dans son centre d'exécution du New Jersey.

General Motors a reculé (-1,43% à 41,40 dollars). Le fabricant automobile va fermer une usine en Corée du Sud d'ici à la fin du mois de mai, justifiant ce choix par une sous-utilisation de ses capacités lors des trois dernières années. Une charge de 850 millions de dollars en résultera, a affirmé le groupe.

  1. Nasdaq
  2. Nyse

Vos commentaires

Top Facebook

Vidéos

vidéos