En ce moment
 
 

Wall Street se raffermit à l'ouverture des négociations Chine-USA

Wall Street se raffermit à l'ouverture des négociations Chine-USA
Wall Street gagne du terrain alors que les pourparlers commerciaux entre Américains et Chinois reprennent dans le plus grand flouJohannes EISELE

A découvrir

La Bourse de New York, après avoir hésité à l'ouverture, gagnait du terrain jeudi alors que les pourparlers commerciaux entre Américains et Chinois reprennent à Washington dans le plus grand flou.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, montait de 0,61%, à 26.507,26 points, vers 14H25 GMT.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, gagnait 0,66%, à 7.955,77 points, et l'indice élargi S&P 500 s'appréciait de 0,62%, à 2.937,54 points.

Wall Street avait terminé dans le vert mercredi, les investisseurs espérant de nouveau une issue positive à la nouvelle séance de négociations: le Dow Jones Industrial avait gagné 0,70% et le Nasdaq 1,02%.

Robert Lighthizer, le représentant américain au commerce (USTR) et négociateur en chef, Liu He, le vice-Premier ministre chinois et Steven Mnuchin, le secrétaire américain au Trésor, se sont bien retrouvés jeudi à Washington.

Le président américain Donald Trump a annoncé qu'il rencontrerait lui-même Liu He à la Maison Blanche vendredi.

"Grand jour pour les négociations avec la Chine. Ils veulent nouer un accord, mais est-ce que j'en ai envie ?" a-t-il écrit sur Twitter.

L'incertitude la plus totale demeure sur l'issue des tractations, les sujets de contentieux étant nombreux.

"Les dernières informations de presse offrent des perspectives divergentes sur les chances d'un accord intérimaire", soulignent les analystes de Daiwa Capital Markets.

Certains, par exemple, évoquent l'absence d'avancées sur la question des transferts de technologies et des subventions étatiques, d'autres de potentielles concessions américaines sur les sanctions imposées à Huawei ou l'engagement de la Chine à acheter des produits agricoles, rappellent-ils.

- Nouveau patron à Bed Bath & Beyond -

Les indicateurs du jour étaient mitigés.

Les prix à la consommation aux Etats-Unis sont restés stables en septembre, alors que les analystes s'attendaient à une légère progression, et se maintiennent en hausse de 1,7% sur 12 mois. Sans les prix de l'énergie et de l'alimentation, l'indice progresse de 0,1% sur le mois et est en hausse de 2,4% sur un an.

Cette progression "pourrait donner à la Réserve fédérale une possible excuse pour ne pas abaisser les taux" lors de la prochaine réunion fin octobre, souligne Patrick O'Hare, de Briefing.

Les demandes hebdomadaires d'allocation chômage ont, de leur côté, reculé, à la surprise des analystes.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine montait à 1,640%, contre 1,584% à la clôture mercredi.

La compagnie aérienne Delta Air Lines reculait de 3,73%. Elle a annoncé avoir enregistré des résultats meilleurs que prévu au 3e trimestre grâce en particulier aux passagers qui paient le prix fort et à une demande qui a surpris par sa vigueur. Mais ses prévisions pour le trimestre en cours sont en-dessous des attentes.

Plusieurs multinationales sensibles aux soubresauts des négociations commerciales entre Pékin et Washington s'affichaient en hausse: Caterpillar prenait 2,23% et Apple 1,02%.

Le groupe informatique a par ailleurs retiré jeudi une application qui permettait aux Hongkongais de localiser les policiers sur une carte, alors que la Chine accroît la pression sur les sociétés étrangères soupçonnées de soutenir la mobilisation pro-démocratie dans l'ex-colonie britannique.

La chaîne spécialisée dans les articles de maison Bed Bath & Beyond s'envolait de 23,94% après l'annonce de la nomination au poste de directeur général de Mark Tritton, auparavant en charge des ventes pour le groupe de supermarchés Target (-0,60%)

  1. Nasdaq

Vos commentaires