En ce moment
 

Angela Merkel dénonce la montée de l'antisémitisme

Angela Merkel dénonce la montée de l'antisémitisme
La Chancelière allemande Angela Merkel le 26 janvier 2018 à BerlinJohn MACDOUGALL

Angela Merkel a dénoncé samedi à l'occasion de la journée de commémoration des victimes de l'Holocauste la résurgence de l'antisémitisme dans son pays, qualifiant de "honte" la nécessité de continuer à faire protéger les bâtiments juifs.

Il reste plus que jamais nécessaire de se souvenir des millions de victimes de la Shoah car "l'antisémitisme, le racisme et la haine de l'autre en général sont davantage d'actualité que cela n'a été le cas dans le passé", a déclaré la chancelière allemande dans son podcast hebdomadaire.

"Il est inconcevable et (cela) constitue une honte de voir qu'aucun établissement juif ne peut exister sans protection policière, qu'il s'agisse d'une école, d'un jardin d'enfants ou d'une synagogue", a-t-elle ajouté.

La chancelière a aussi réaffirmé son soutien à la création d'un poste spécifique de commissaire à l'antisémitisme dans le prochain gouvernement allemand, si son parti conservateur et les sociaux-démocrates parviennent à s'entendre sur un accord de coalition définitif.

Les autorités sont préoccupées par les signes d'une montée de l'antisémitisme en Allemagne, venant d'une part des milieux d'extrême droite, mais aussi - phénomène plus nouveau - de certains immigrés originaires de pays musulmans où la haine des juifs est largement propagée.

Une récente manifestation en plein centre de Berlin pendant laquelle des drapeaux israéliens ont été brûlés, en signe de protestation contre la volonté des Etats-Unis de transférer leur ambassade à Jérusalem, a suscité un fort émoi en Allemagne.

Le 27 janvier 1945, les troupes soviétiques avaient libéré le camp d'extermination d'Auschwitz. Depuis 1996, l'Allemagne commémore chaque année ce jour-là les victimes du national-socialisme.

Mercredi, une séance spéciale du Parlement est prévue à Berlin sur ce thème avec des témoignages de rescapés des camps.

Vos commentaires