Crimes de guerre au Kosovo: 2 chefs rebelles en route pour La Haye

(Belga) Deux ex-chefs rebelles kosovars ont quitté Pristina dimanche pour être interrogés cette semaine à La Haye par le tribunal enquêtant sur des allégations de crimes de guerre lors du conflit contre les forces serbes (1998-99).

Rrustem Mustafa-Remi, 47 ans, doit commencer à être interrogé lundi, tandis que Sami Lushtaku, 57 ans, le sera à partir de mercredi, a précisé à la presse leur avocat Arian Koci à l'aéroport de Pristina. Formé en 2015, le tribunal spécial sur les crimes qu'aurait commis l'Armée de libération du Kosovo (UCK), basé à La Haye, n'a jusqu'à présent annoncé aucune inculpation. "Hier, aujourd'hui, demain et à jamais, j'ai toujours été un défenseur et un protecteur de la vérité: la juste et pure Armée de libération du Kosovo", a déclaré Sami Lushtaku avant d'embarquer dans un avion pour Stuttgart (sud de l'Allemagne). Il a affirmé ne pas savoir s'il serait entendu en tant que témoin ou suspect. De son côté, Rrustem Mustafa-Remi a expliqué avoir été convoqué en qualité "de témoin et de suspect", avant de prendre un vol pour Ljubljana. Avant leur départ, les deux hommes ont reçu la visite du Premier ministre Ramush Haradinaj, lui-même un ancien commandant de l'UCK, qui avait été acquitté en 2012 par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) "Le fait que notre guerre de libération était pure et sacrée sera démontré avec force, à chaque fois et pour toujours!", a commenté le Premier ministre kosovar sur Facebook. Rrustem Mustafa-Remi et Sami Lushtaku appartiennent au Parti démocratique du Kosovo (PDK), le parti du président Hashim Thaçi, l'ancien chef politique de l'UCK dont le nom est régulièrement cité parmi les potentiels inculpés. La guerre du Kosovo est le dernier des conflits qui avaient conduit à l'explosion sanglante de l'ex-Yougoslavie dans les années 1990. Elle avait fait plus de 13.000 morts, dont quelque 11.000 Kosovars albanais, environ 2.000 Serbes et 500 Roms. (Belga)

Vos commentaires