Frontex: davantage de réfugiés tentent leur chance par la Grèce ou l'Espagne que l'Italie

Italie, Grèce

(Belga) Le nombre de réfugiés empruntant la route occidentale et orientale de la Méditerranée a clairement augmenté depuis 2017, selon l'agence européenne de garde-frontières et garde-côtes Frontex. Beaucoup tentent ainsi d'entrer en Europe via la Turquie et la Grèce ou via l'Espagne, a précisé samedi le vice-directeur de Frontex, Berndt Körner, lors d'une réunion en Autriche.

La route centrale de la Méditerranée vers l'Italie a pas mal perdu de son attrait en raison de la collaboration avec les garde-côtes libyens. Pour Frontex, un "espace opérationnel commun" devrait être mis en place en Méditerrannée, a plaidé samedi M. Körner en Autriche. Celui-ci inclurait des opérations transnationales et un échange d'informations. Le vice-directeur de Frontex a réalisé le bilan de l'agence européenne en 2017. Il en ressort qu'environ 14.000 migrants, qui n'avaient aucune chance d'obtenir l'asile, ont été renvoyés dans au moins 12 pays africains et asiatiques. En outre, Frontex a transmis les données de 90.000 personnes à Interpol, l'Organisation internationale de police criminelle. Près de 140 tonnes de drogues ont été saisies. La contrebande a été multipliée par sept, a encore indiqué M. Körner. Par ailleurs, il est prévu d'augmenter le personnel de Frontex, de 590 à 1.250 collaborateurs d'ici 2020-2021, pour mener des opérations en mer et sur terre. (Belga)

Vos commentaires