En ce moment
 
 

Législatives en Finlande: les sociaux-démocrates, gagnants du scrutin, vont-ils tenter d'exclure l'extrême droite ?

Législatives en Finlande: les sociaux-démocrates, gagnants du scrutin, vont-ils tenter d'exclure l'extrême droite ?

Des élections législatives se sont déroulées dimanche en Finlande. Les sociaux-démocrates ont gagné le scrutin, ce qui n’était plus arrivé depuis 20 ans. Mais leur victoire est très serrée. L'autre grand gagnant est le parti d’extrême-droite des Vrais Finlandais.

A Helsinki, le chef des sociaux-démocrates était ovationné dimanche soir. Le probable futur Premier ministre, Antti Rinne, a revendiqué la victoire. Le SDP a obtenu 40 sièges sur les 200 que compte le parlement finlandais.

"Nous formons certainement le plus grand parti par le nombre de sièges, le plus grand parti par le nombre de voix et, pour la première fois depuis 1999, le SDP est donc le parti du Premier ministre", s'est réjoui l'ancien ministre des Finances Antti Rinne. 

"Je dois dire que je suis très très déçue, je pensais qu’on allait mieux s’en sortir, mais au moins on a fait plus que les Vrais Finlandais", a réagi Sini Saarni, une étudiante.

Les sociaux-démocrates ont la main pour former la nouvelle majorité, mais il s’agit d’une victoire en demi-teinte. Le SDP ne devance que d’une courte tête l’extrême-droite. Le parti des Vrais Finlandais condamne l’immigration et ce qu’il appelle l’hystérie climatique. Il crée la surprise en remportant 39 sièges.

"Notre soutien a presque doublé par rapport à ce qu'il était il y a moins de six mois, donc je suis plutôt satisfait", a commenté Jussi Halla-aho, le leader des Vrais Finlandais.

"C’est le seul parti finlandais qui a assez de courage pour parler des problèmes liées à la mauvaise immigration et je pense qu’on voit les résultats", a estimé Sebastian Tynkkynen, un candidat du parti d'extrême-droite. 

Les négociations s’annoncent encore plus serrées que les résultats. Les sociaux-démocrates ont fait campagne contre l’austérité proposée par le gouvernement sortant de centre-droit. Et l’enjeu est de taille puisque la protection sociale du pays est l’une des plus généreuses au monde.

Le SDP n’exclut pas de parler avec les Vrais Finlandais, mais l’option la plus probable est celle d’une coalition réunissant gauche, droite et les Verts. La Finlande a en effet un scrutin proportionnel et une culture politique du consensus qui portent au pouvoir des coalitions hétéroclites.

Vos commentaires