En ce moment
 
 

Les Sri-Lankais, frappés par la crise, au secours des touristes ukrainiens

 
UKRAINE
 

Alors que le soleil se couche derrière l'océan Indien, une touriste ukrainienne et sa fille allument un bâton d'encens dans le temple d'une station balnéaire sri-lankaise, priant pour pouvoir retourner chez elles.

Depuis l'invasion du pays de Viktoria Makarenko en février, des milliers d'Ukrainiens et de Russes sont bloqués sur cette île tropicale, qui traverse elle-même sa plus grave crise économique depuis son indépendance en 1948.

Mais les Ukrainiens, bourses vides, dévastés par le sort de leurs proches restés au pays, disent avoir été submergés par le soutien de la population locale, elle-même en proie aux pénuries et aux longues coupures d'électricité.

"J'adore le Sri Lanka et les Sri-Lankais", confie à l'AFP Mme Makarenko, 35 ans. "Tout le monde veut nous aider".

Elle a parcouru l'île pendant plusieurs semaines avec son mari et leur fille de cinq ans, après l'invasion de leur pays par la Russie.

Ils étaient à court d'argent et désespéraient de leur situation quand les habitants de la station balnéaire d'Unawatuna se sont mobilisés autour d'eux, leur offrant gratuitement un hébergement, de la nourriture et même des bâtons d'encens à allumer lors de leur visite quotidienne du temple.

"Le propriétaire de l'hôtel nous laisse rester ici aussi longtemps que nous en avons besoin. Nous avons de la nourriture, de l'eau, nous n'avons pas à nous inquiéter de ce que nous allons manger demain", explique Mme Makarenko. "Nous sommes en sécurité ici et ils prennent soin de nous".

Le long des plages de sable blanc de la côte méridionale, des dizaines de commerces tournés vers le tourisme proposent des offres ou de l'aide aux Ukrainiens coincés sur l'île.

Ahesh Shanaka, qui tient le Blackgold café à Mirissa, dit avoir demandé à une cliente ukrainienne portant un bébé si elle retournait chez elle. "Elle a répondu: +Je ne peux pas y retourner, ma maison a été détruite, où pourrais-je aller?+"

A l'extérieur du café, une pancarte offre des plats à moitié prix sur présentation d'un passeport ukrainien et les maisons d'hôte du coin ont ouvert leurs chambres vides à quelques routards ukrainiens.

Selon M. Shanaka, cette générosité des Sri-Lankais s'explique par les souvenirs encore frais du conflit sur l'île, la longue guerre civile n'ayant pris fin qu'en 2009: "Nous avons aussi connu une telle situation (...) nous connaissons la souffrance, nous connaissons la douleur".

Le commerce traverse un période particulièrement difficile: les longues files d'attente devant les stations-service et les coupures d'électricité d'une dizaine d'heures chaque jour menacent le secteur touristique à peine sorti de la crise de la pandémie.

"Nous sommes dans une mauvaise situation, vous savez. La crise, notre économie est en chute, tout va mal", soupire M. Shanaka. "Mais nous sommes aussi des humains, ce sont des humains, c'est pour ça que nous essayons d'aider".

- Extension de visa -

Selon les chiffres officiels, près de 15.000 Russes et 5.000 Ukrainiens se sont rendus au Sri Lanka en février, mois du début de la guerre, faisant de leurs pays pays les première et troisième provenances de touristes.

Le Sri Lanka a offert une extension gratuite du visa aux citoyens de ces deux nations.

De nombreux touristes russes sont aussi coincés dans le pays, en manque d'argent à cause des sanctions américaines touchant les systèmes internationaux de paiement.

Mais les commerces n'affichent pas d'offres en leur faveur et ils rechignent à s'exprimer.

"Nous devons aller rencontrer des amis", répond laconiquement un jeune Russe, avant que lui et ses compagnons ne se tournent pour contempler la vue sur l'océan au Fort hollandais historique de Galle.

L'opinion publique soutient très largement l'Ukraine dans le conflit. Sur les murs, des slogans condamnant la guerre sont inscrits sur fond jaune et bleu, couleurs du drapeau ukrainien.

"Il y a une grande compassion de leur part, étant donné qu'ils sont aussi dans une situation difficile", explique à l'AFP Darina Stambuliak, une autre Ukrainienne dont le séjour à Unawatuna a aussi été prolongé par la guerre.

Cette femme de 33 ans raconte qu'elle avait déjà été forcée de fuir Donetsk en 2014 lorsque les séparatistes pro-russes ont déclaré l'indépendance de la région.

Elle passe désormais la plupart de son temps à parcourir les nouvelles venant de chez elle.

Une remise sur son logement lui retire un souci. "Les commerçants nous enveloppent d'amour et de soutien", dit-elle. "Nous en sommes tellement reconnaissants".


 

Vos commentaires