En ce moment
 
 

Serbie: 10e manifestation contre le président Vucic, taxé d'autoritarisme

(Belga) Des milliers de Serbes ont défié samedi à Belgrade des températures polaires pour manifester contre le président Aleksandar Vucic, taxé d'autoritarisme, le dixième défilé en autant de semaines de mobilisation.

Les manifestants, qui se sont également mobilisés dans une quarantaine d'autres villes, accusent le pouvoir de museler les médias et la société civile. Ils réclament la démission des dirigeants de la chaîne publique nationale, la RTS. La première manifestation avait été organisée le 8 décembre à l'appel d'organisations citoyennes et avec le soutien de l'Alliance pour la Serbie, regroupement d'une dizaine de partis d'opposition allant de la gauche à l'extrême droite. M. Vucic, un ultranationaliste devenu pro-européen, rejette les accusations d'autocratisme, et a lancé une campagne baptisée "Avenir de la Serbie" à travers le pays pour promouvoir les résultats de ses politiques. Les observateurs y voient une riposte aux manifestations mais aussi un début de campagne électorale alors que le président, au pouvoir depuis 2014, d'abord comme Premier ministre puis comme président à partir de 2017, a laissé entendre à plusieurs reprises qu'il pourrait convoquer des élections anticipées au printemps comme "concession" aux manifestants. Les prochaines élections doivent normalement se tenir en 2020. Selon les sondages, Aleksandar Vucic en sortirait vainqueur. Son parti SNS domine la scène politique face à une opposition divisée. Cette semaine, des dirigeants appartenant à tous les secteurs de l'opposition ont cependant publié un "accord avec les citoyens" annonçant leurs prochaines actions, y compris le refus de prendre part à des élections tant qu'il n'y aura pas de garanties d'élections libres et justes. L'opposition s'engage aussi à quitter les parlements locaux et national et à les boycotter jusqu'à la tenue d'élections libres. L'an dernier, la Commission européenne avait exprimé des inquiétudes sur la liberté des médias en Serbie, dénonçant des menaces, actes d'intimidation et violences envers les journalistes, mais le président Vucic avait rejeté ces accusations. (Belga)

Vos commentaires