En ce moment
 
 

Tirreno-Adriatico: Astana enchaîne avec Fuglsang

Tirreno-Adriatico: Astana enchaîne avec Fuglsang
Le Danois Jakob Fuglsang lors du Tour de Romandie le 28 avril 2018Fabrice COFFRINI

Doublé pour l'équipe Astana: après Alexey Lutsenko samedi, c'est le Danois Jakob Fuglsang qui s'est imposé dimanche lors de la 5e étape de Tirreno-Adriatico, dont le leader reste le Britannique Adam Yates à deux jours de l'arrivée.

"On a vu hier que l'équipe marchait fort et on a essayé de faire la même chose. Aujourd'hui, c'était à moi de partir de loin et ça a fonctionné", a résumé le Danois. Il a dédié sa victoire à Michele Scarponi, le champion italien décédé accidentellement il y a deux ans à Fillotrano, à une vingtaine de km de Recanati où était jugée l'arrivée dimanche.

Parti seul du groupe des favoris à une vingtaine de km de l'arrivée, Fuglsang a petit à petit rattrapé et déposé les rescapés de l'échappée matinale, au fil des montées du très difficile circuit final.

En forme, comme l'avait montré il y a huit jours sa 2e place derrière Julian Alaphillipe sur les Strade Bianche, Fuglsang a pris jusqu'à une grosse minute d'avance et en a conservé l'essentiel au bout de la sévère montée finale vers Recanati, avec des passages à 19%.

Derrière lui, Adam Yates et Primoz Roglic ont confirmé qu'ils étaient les hommes forts de la Course des Deux Mers et devraient se disputer la victoire finale mardi lors du contre-la-montre individuel de 10 kilomètres à San Benedetto Del Tronto.

Dimanche, Yates est arrivé deuxième à 40 secondes de Fuglsang après avoir réussi à décramponner Roglic dans les derniers hectomètres. Le Slovène, théoriquement meilleur rouleur, n'a cependant perdu que 16 secondes.

"J'avais dit hier que ça serait l'étape la plus dure et ça l'a été. Je n'étais pas loin de la victoire mais Fuglsang était un cran au-dessus", a admis Yates.

"J'ai vu que Roglic avait un peu de mal. J'ai fait le maximum mais je ne sais pas si mes 25 secondes d'avance suffiront à gagner Tirreno-Adriatico", a ajouté le Britannique.

Vos commentaires