En ce moment
 

Traité "Open Sky": le Pentagone annonce un survol d'observation de la Russie

Russie

(Belga) Le Pentagone a annoncé jeudi être en train de mener un vol d'observation au-dessus de la Russie pour évaluer l'état et les activités des forces armées russes, conformément au traité international dit "Open Sky" (Ciel ouvert).

Ce traité signé en 1992 à Helsinki et entré en vigueur en 2002 permet aux 34 pays signataires des accords de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe de survoler leurs territoires respectifs pour vérifier leurs mouvements militaires et les mesures de contrôle des armements des uns et des autres. "C'est le premier vol Open Sky que les Etats-Unis effectuent au dessus de la Russie depuis novembre 2017, après une impasse qui a empêché les vols ordinaires pour toutes les parties pendant toute l'année 2018", a précisé un porte-parole du ministère américain de la Défense, le lieutenant-colonel Jamie Davis. "En octobre 2018, les parties signataires du traité sont parvenues à un consensus sur l'approbation des vols alloués aux parties pour l'ensemble de 2019, et plusieurs signataires, y compris les Etats-Unis, ont commencé à effectuer ces survols", a-t-il ajouté. Le Pentagone avait mené début décembre un vol d'observation "extraordinaire" au-dessus de l'Ukraine pour réaffirmer le soutien des Etats-Unis envers ce pays après l'arraisonnement de navires de guerre ukrainiens par la Russie en mer d'Azov. Le calendrier de ces vols ordinaires est déterminé à l'avance et le terme "extraordinaire" signifie que ce survol-là avait été mené en dehors du calendrier ordinaire. Le vol de jeudi, dont la Russie a été informée le 12 février, doit durer jusqu'à vendredi et l'appareil, un avion de surveillance OC-135, doit quitter la Russie samedi, a précisé le porte-parole. "Six observateurs de la Fédération de Russie se trouvent à bord de l'appareil américain pour surveiller toutes les phases du survol", a ajouté le lieutenant-colonel Davis. Le traité Open Sky, qui est destiné à renforcer la sécurité et la confiance, autorise les 34 Etats signataires à recueillir des images aériennes du territoire des autres signataires, y compris des données sur leurs forces armées et leurs activités militaires. (Belga)

Vos commentaires