En ce moment
 
 

XV de France: Félix Lambey, un poids plume qui en impose

XV de France: Félix Lambey, un poids plume qui en impose
Le 2e ligne du XV de France Félix Lambey face aux Gallois, le 1er février 2019 au Stade de FranceFRANCK FIFE

"Seulement" 110 kilos sur la balance: Félix Lambey, titulaire pour la première fois avec le XV de France dimanche contre l'Angleterre, s'est battu pour accepter et faire accepter sa moindre masse pour un deuxième ligne, qui lui offre aujourd'hui son principal atout, la mobilité.

"Il est sans doute le seconde ligne le plus léger au niveau mondial." Le commentaire du sélectionneur Jacques Brunel n'est peut-être pas de nature à effrayer les Anglais mais c'est bien le Lyonnais (1,95 m) qui débutera à Twickenham dans le Tournoi.

A la place du nettement plus robuste Paul Willemse (2,01 m pour 135 kg), que Lambey avait remplacé en fin de match vendredi contre le pays de Galles (défaite 24-19).

Une rencontre au dénouement amer pour les Bleus mais au cours de laquelle le Jurassien (24 ans, 3 sélections) s'est distingué, en rattrapant un Gallois pour obtenir une pénalité (manquée) et en avançant sur chaque ballon, battant trois défenseurs. "Lambey a fait une très bonne rentrée, on a voulu le récompenser", a justifié Brunel.

"Il est très mobile, arrive à faire jouer après lui et c'est, surtout, un sacré combattant", l'a flatté le deuxième reconverti troisième ligne Arthur Iturria, en concurrence avec Lambey depuis les sélections jeunes. "Il ne rechigne pas à plaquer et à aller mettre mains dans les rucks. C'est un des joueurs les plus complets en deuxième ligne... même si c'est vrai qu'il est un peu léger."

- "On me l'a toujours dit" -

Le Lyonnais ne risque-t-il pas de se faire massacrer à Londres par manque d'épaisseur? De sa voix fluette et avec un franc-parler tout en douceur, il n'avait pas esquivé le sujet mercredi. "On me l'a toujours dit. Si je pense ça, autant ne pas jouer. (...) Même en Top 14 ou en Coupe d'Europe, il y a des joueurs plus denses que moi. Cela ne m'a jamais empêché de me montrer, de m'exprimer."

Un championnat de France dans lequel la tignasse rousse du joueur originaire de Lons-le-Saunier se démarque depuis 2016, pour gagner la confiance du manager du Lou Pierre Mignoni (16 feuilles de match en 2016-2017, 21 la saison suivante) puis de Brunel.

Placé la même année sur la liste développement de Guy Novès, Lambey a vu son éclosion internationale repoussée par une entorse du genou à l'automne 2017 et sa participation à la virée nocturne d'Edimbourg en février 2018, qui a valu une brève suspension aux protagonistes.

Résultat, le Lyonnais a dû attendre le dernier match de la tournée de juin en Nouvelle-Zélande pour honorer sa première sélection, puis le dernier match des tests de novembre, face aux Fidji, pour la seconde.

- "Le staff n'avait pas trop confiance" -

Apparaître sur le banc face aux Gallois était donc déjà un net progrès. "Jouer dès le premier match, ça me change, c'est un peu plus une marque de confiance. Le staff n'avait peut-être pas trop confiance en moi sur les précédents rassemblements", estime Lambey.

Brunel a reconnu vendredi avoir "cherché des évolution dans son profil physique". Erreur: Lambey "a cherché à gagner en masse musculaire et ça l'a un peu freiné. Il n'était pas à l'aise", selon le technicien gersois. "J'ai déjà été plus lourd mais je ne me suis pas senti mieux", confirme Lambey.

Iturria, au profil similaire, a connu les mêmes interrogations. "On me disait que j'étais un peu léger en deuxième ligne, ça fait cogiter. Tu vois bien que si tu fais 4 heures de musculation par jour, tu ne seras pas plus costaud. Si tu es plus lourd, tu peux avoir moins de gaz (...) Quand ton jeu, c'est d'éviter, pourquoi aller chercher à faire 120 kg? Je vois pas l'intérêt", estime le Clermontois.

"Dans les grandes équipes, on voit qu'il y en a toujours un qui joue plus au ballon que les autres", dit Iturria à propos de son coéquipier. "J'ai hâte de le voir dimanche". Les adeptes du jeu de mouvement aussi.

Vos commentaires