En ce moment
 
 

Disparition d'Estelle Mouzin: de nouvelles fouilles en cours après les révélations de Monique Olivier

Disparition d'Estelle Mouzin: de nouvelles fouilles en cours après les révélations de Monique Olivier
©AFP
 
 

Les gendarmes sont arrivés mardi à Issancourt-et-Rumel, dans les Ardennes françaises, afin d'effectuer une nouvelle série de fouilles pour tenter de retrouver le corps d'Estelle Mouzin, a-t-on appris de source proche du dossier.

A l'orée d'une forêt, sur le territoire de cette commune rurale, des gendarmes s'activaient à bonne distance de la presse, maintenue en dehors d'un large périmètre de sécurité, a constaté à la mi-journée un photographe de l'AFP.

Une source proche du dossier a confirmé à l'AFP que les gendarmes étaient sur place et s'apprêtaient à commencer les fouilles.


©AFP


Selon France Info, l'ex-femme de Michel Fourniret, Monique Olivier, a reconnu avoir joué un rôle dans la séquestration de la fillette disparue en 2003.

"A priori, Monique Olivier a indiqué qu'elle avait des indications précises sur le lieu où a pu être enseveli le corps d'Estelle Mouzin et que Michel Fourniret lui aurait même demandé de venir le chercher en voiture. C'est la raison pour laquelle les indications qu'elle a données sont prises avec beaucoup de sérieux", a affirmé à l'AFP mardi Richard Delgenes, avocat de Mme Olivier.

Vendredi, les enquêteurs avaient clos une nouvelle série de fouilles infructueuses aux abords du village de Rumel, dans les Ardennes.

Le village se situe à 4 km de Ville-sur-Lumes, où, selon Monique Olivier, son ex-époux a, dans une maison appartenant à sa soeur, séquestré, violé et tué Estelle Mouzin, 9 ans.

Le convoi transportant notamment la juge d'instruction Sabine Kheris avait gagné ce site, exploré pour la première fois, après une longue audition jeudi de l'ex-épouse du tueur en série, Monique Olivier, à la gendarmerie de Charleville-Mézières.

Plusieurs opérations de fouilles ont déjà été menées dans la région ces derniers mois, mais sans percée. Elles avaient eu lieu notamment en octobre en présence de Michel Fourniret, dont l'état de santé s'est entretemps dégradé.

Agé de 78 ans, il a été condamné à la perpétuité incompressible pour les meurtres de sept fillettes, adolescentes et jeunes femmes entre 1987 et 2001. Il est mis en examen dans trois autres dossiers.

La juge d'instruction parisienne Sabine Kheris a récupéré à l'été 2019 la direction des investigations sur quatre disparitions et meurtres liés à Michel Fourniret, et a réussi à obtenir des aveux du tueur en série notamment dans l'affaire Estelle Mouzin.




 

Vos commentaires