En ce moment
 

GB: la colère après la mort d'une jeune Egyptienne force Londres à réagir

(Belga) La mort d'une jeune Egyptienne résidant en Angleterre, décédée des suites de ses blessures après l'attaque présumée d'un gang, a provoqué une vive émotion en Egypte, forçant le chef de la diplomatie britannique à réagir.

"Profondément attristé par la mort au Royaume-Uni de la citoyenne égyptienne Mariam Moustafa. Mes condoléances aux proches de Mariam", a écrit Boris Johnson sur Twitter. "J'ai assuré le ministre des affaires étrangères égyptien Shoukry que la police de Nottinghamshire (comté du centre de l'Angleterre) enquêtait sur l'affaire". Âgée de 18 ans, Mariam Moustafa a succombé mercredi à ses blessures. Elle était tombée dans le coma après avoir été la cible d'une attaque commise dans la soirée du 20 février à Nottingham par un gang de filles. Une vidéo amateur, diffusée par les médias britanniques, montre la jeune femme installée au fond d'un bus, malmenée par plusieurs personnes. L'annonce de la mort de cette jeune étudiante a provoqué une forte colère en Egypte, exprimée notamment sur les réseaux sociaux. Le consulat d'Égypte au Royaume-Uni a demandé à ce que les responsables de l'attaque soient "rapidement traduites en justice". La police de Nottinghamshire a indiqué dans un communiqué qu'elle attendait encore "les résultats de l'autopsie" pour déterminer "les causes de la mort", mais qu'elle considérait l'affaire comme un "crime majeur". Elle a annoncé qu'une adolescente de 17 ans, suspectée de violences, avait été entendue dans le cadre de l'enquête, et placée en liberté conditionnelle. "Je veux que la justice soit rendue pour ma fille", a déclaré le père de la victime. "Elle représentait tout pour moi, toujours prête à aider tout le monde". Il a souligné que sa fille avait déjà été l'objet, avec sa soeur, d'une agression en août 2017, et que l'enquête n'avait pas abouti, à cause, selon lui, de l'absence d'enregistrement de vidéo-surveillance. La police de Nottinghamshire s'est dite "confiante sur le fait qu'une enquête appropriée" avait été menée à cette époque, mais à précisé qu'elle allait "s'assurer que cela a bien été le cas". (Belga)

Vos commentaires