Hand: les Français font naufrage face au Danemark au Mondial

sport

Plus qu'une défaite, un naufrage: les Français ont été balayés par les Danois 38 à 30, en demi-finale du Mondial de handball, samedi à Hambourg, et devront se contenter de lutter pour le bronze, comme l'an dernier à l'Euro.

Pour le titre, les Danois affronteront dimanche à Herning (17h30) la Norvège, qui a créé la surprise en dominant l'Allemagne 31 à 25. Ce sera la deuxième finale d'affilée des Norvégiens, de nouveau sur le terrain de l'adversaire, deux ans après leur défaite contre la France à Paris en 2017.

L'échec des Bleus confirme leur recul dans la hiérarchie. C'est la première fois depuis onze ans qu'ils sont absents de la finale dans deux compétitions majeures d'affilée (Mondial-2007, Euro-2008). L'an passé, ils s'étaient inclinés en demie devant l'Espagne.

Sur les cinq derniers grands tournois, ils n'en ont remporté qu'un (Mondial-2017) et ne sont plus désormais détenteurs d'aucun titre. Depuis 2008, ils avaient toujours été champions de quelque chose, et souvent de plusieurs à la fois.

Plus que la défaite en elle-même, infligée par une très impressionnante équipe du Danemark, c'est la manière qui frappe. Pris à la gorge dès le début du match, les Français ont été transparents en défense, le secteur qui leur a fait gagner tous leurs titres (11 depuis 1995).

Après sept minutes, ils avaient déjà encaissé six buts (6-3) et 21 à la mi-temps, soit presque autant que leur moyenne sur un match entier jusque-là (23,5). Le gardien Cyril Dumoulin n'a réussi qu'un seul arrêt en première période et Vincent Gérard n'a repoussé aucun tir de tout le match.

Les Bleus n'ont jamais réussi à relancer le suspense. L'écart, de six buts à la pause (21-15), a grimpé à dix en seconde période.

- "Un show Mikkel Hansen" -

"C'était très compliqué de défendre contre eux. Quand on est face à des joueurs qui déclenchent très rapidement et qui marquent des buts de très loin, c'est dur", a reconnu le pivot Luka Karabatic.

Le joueur du match a été, comme les Bleus le craignaient, Mikkel Hansen. Exceptionnel au tir (12 buts, dont 4 penalties), l'arrière du Paris SG a trouvé de superbes passes dès que les Français ont essayé de monter sur lui.

"Il y a eu un show Mikkel Hansen, qui a encore une fois démontré qu'il était le meilleur joueur du monde. On a manqué d'un peu de justesse, d'un peu de réussite, d'un peu de beaucoup de choses. Les Danois ont rapidement pris le match en main et à force de rigueur ils nous ont enterrés petit à petit", a commenté Dumoulin.

Pas titulaire, Nikola Karabatic n'a joué que 11 minutes. "Nikola fait partie de la rotation. Il n'y a pas forcément à se poser de questions", a dit le sélectionneur Didier Dinart.

- Le bronze contre l'Allemagne -

Champions en 2015 et 2017, les Français cherchaient à réussir le premier triplé au Mondial de l'histoire. Ils échouent en subissant peut-être la défaite la plus cinglante depuis que la France s'est installée comme la puissance dominante de ce sport (2 titres olympiques, 4 mondiaux et 2 européens depuis 2008).

"Peut-être qu'on a mal habitué (les gens), on pense que l'équipe de France doit être sur le podium à la plus haute marche et que les autres nations ne se préparent pas et ne jouent pas au handball", a dit Dinart.

Les Bleus manquent l'occasion de se qualifier directement pour les Jeux de Tokyo (il fallait gagner l'or). Ils devront en passer par un tournoi de qualification olympique en avril 2020, sauf s'ils sont champions d'Europe en janvier prochain (ou deuxièmes si le futur champion du monde décroche aussi le titre européen).

Ils devront maintenant se remobiliser pour tenter de remporter la médaille de bronze, comme l'an passé (face au Danemark!), dimanche à Herning (14h30), contre l'Allemagne.

Vos commentaires