En ce moment
 
 

Il y a 16 ans, l'actrice française Marie Trintignant mourait sous les coups de son amant Bertrand Cantat

Il y a 16 ans, l'actrice française Marie Trintignant mourait sous les coups de son amant Bertrand Cantat
© Images Belga

Des féministes rendent hommage ce dimanche à Marie Trintignant dont la mort il y a 16 ans fut "un électrochoc" concernant les violences contre les femmes.

Les faits remontent au 27 juillet 2003. Marie Trintignant, actrice française, se trouve dans un hôtel de Vilnius en Lituanie dans le cadre du tournage d'un film. Aux alentours de 7 heures du matin, elle est transportée en urgence à l'hôpital de Vilnius. Elle se trouve dans un coma profond. Quatre jours plus tard, l'actrice française décède d'un œdème cérébral dans une clinique parisienne.

Le rapport des médecins est sans appel: de violents coups portés à l'actrice, alors âgée de 41 ans, sont à l'origine de ce décès. Les médecins constatent que son nez présente plusieurs lésions internes, son arcade sourcilière a été ouverte, un impressionnant hématome trône au-dessus de son œil droit. 

A cette époque, Marie Trintignant entretenait une liaison avec Bertrand Cantat, le chanteur du groupe Noir Désir. Il raconte lui avoir infligé "quatre gifles très violentes" lors d'une dispute. Pour les experts, pas de doute. Bertrand Cantat est responsable de la mort de Marie Trintignant. Les bagues que porte le chanteur âgé de 39 ans ont causé l'hématome au-dessus de l'œil droit. Pour le reste, les médecins pensent que le coup fatal aurait été porté "avec le plat de la main avec un effet de battoir", rapporte un article du Parisien publié l'année du drame. 

Le chanteur est reconnu coupable pour meurtre. En mars 2004, il est condamné à 8 ans de prison par la justice lituanienne. Après avoir purgé sa peine dans une prison à Muret, près de Toulouse, il bénéficie d'une liberté conditionnelle pour bonne conduite. En octobre 2007, il quitte sa cellule après avoir purgé la moitié de sa peine.


81 féminicides en France depuis le 1er janvier

Désormais, le chanteur en a fini avec la justice. Son contrôle judiciaire, arrivé à terme en 2010,  lui imposait notamment de s'abstenir de produire tout ouvrage ou oeuvre audiovisuelle liée à la mort de Marie Trintignant et également de ne pas s'exprimer publiquement sur ces faits. Depuis sa remise en liberté, Bertrand Cantat avait discrètement repris ses activités musicales, principalement avec Noir désir.

Seize ans après sa mort, "des féministes lui ont rendu hommage ce dimanche", rapporte l'AFP. La mort de Marie Trintignant fut "un électrochoc" concernant les violences contre les femmes, selon Florence Montreynaud du collectif "Encore féministes !" qui participe à la mobilisation actuelle contre les féminicides. 

En France, le collectif "Féminicides par compagnon ou ex" a recensé 81 féminicides depuis le 1er janvier 2019. En 2018, 121 femmes ont été tuées lors de violences au sein du couple. Face à la mobilisation des associations, le gouvernement a annoncé la tenue d'un "Grenelle des violences conjugales" à partir du 3 septembre.

Vos commentaires