En ce moment
 

La ligne de défense du mari d'Alexia Daval fait polémique: "Ses aveux sont très loin des réalités objectives"

La ligne de défense du mari d'Alexia Daval fait polémique:

La ligne de défense de Jonathan Daval, qui tué son épouse Alexia, fait polémique. La victime faisait régulièrement des crises violentes, qui n'ont pourtant jamais attiré l'attention de ses parents...

Jonathann Daval a-t-il tué son épouse Alexia sans en avoir l’intention au cours d’une scène conjugale particulièrement violente ? C’est la thèse que défend son avocat. "Nous défendrons un jeune garçon qui, dans une crise de couple, a occasionné la mort de son épouse de façon accidentelle", a indiqué Randall Schwerdorffer, l'avocat de Jonathann Daval.


"Il va falloir encaisser révélation sur révélation"

Mais cette thèse ne correspondrait pas aux éléments de l’enquête. "Il va falloir encaisser révélation sur révélation dans le cadre d'autres aveux de monsieur Daval, je n'en doute pas. Parce que, dans le profond respect du secret de l'instruction qui me lie en tant qu'auxiliaire de la Justice, toute personne qui a déja eu accès à ce dossier sait que les aveux de monsieur Daval sont très loin des réalités objectives", a pour sa part déclaré Jean-Marc Florand, avocat des parents d'Alexia Daval.


"C'est un monstre. Le décrire aujourd'hui comme faible, c'est inacceptable"

La famille d’Alexia s’insurge contre l’idée qu’ elle aurait pu devenir violente, à cause des médicaments qu’elle prenait contre l‘infertilité, et avoir en quelque sorte déclenché l’altercation. "On a l'air d'inverser les rôles. C'est lui le gentil et ma nièce qui était la méchante. Non non. Comment, sur un coup de sang, vous pouvez dégénérer à ce point-là ? On se demande si ce n'était pas prémédité", a confié Roberte, une tante de la victime.

"C'est un monstre. Et le décrire aujourd'hui comme faible, c'est inacceptable", a renchéri un cousin de la jeune femme.

Une chose est sûre: Jonathann Daval est mis en examen pour meurtre sur conjoint, un crime passible de la détention à perpétuité.

Vos commentaires