En ce moment
 

Le Sénat vote un numéro d'appel unique pour l'aide aux handicapés dans les trains

Le Sénat vote un numéro d'appel unique pour l'aide aux handicapés dans les trains
Un agent de la Sncf aide un handicapé à la gare de Caen le 23 mars 2009MYCHELE DANIAU

Le Sénat a voté dans la nuit de jeudi à vendredi, lors de l'examen en première lecture du projet de loi d'orientation des mobilités (LOM), le principe d'un numéro d'appel unique pour simplifier l'accompagnement des personnes à mobilité réduite dans les trains.

Avec un avis de sagesse du gouvernement, le Sénat a adopté deux amendements similaires défendus par Laure Darcos (LR) et Rachid Temal (PS) pour que le voyageur à mobilité réduite puisse, sur le territoire national, réserver ses prestations d'accompagnement et acheter ses billets auprès d'un numéro national unique et non surtaxé. Cela quels que soient la région et l'opérateur.

Les personnes à mobilité réduite rencontrent des difficultés lorsque leurs voyages "conjuguent des trains nationaux et régionaux", a fait valoir Mme Darcos. Et "la multiplicité des contacts régionaux ne facilite pas" l'organisation des voyages.

Elle a également souligné que l'ouverture future à la concurrence des transports ferroviaires "risque d'ajouter une strate de complexité supplémentaire".

La ministre des Transports Elisabeth Borne a affirmé partager la préoccupation des sénateurs "sur le fait que le numéro change selon les gares", mais a demandé le retrait des amendements au motif que le gouvernement a installé "un groupe de travail avec la SNCF" sur la question.

"Nous examinons les meilleures solutions et nous utiliserons la voie législative si nécessaire", a-t-elle indiqué.

Mais "l'ouverture à la concurrence, qui pourrait intervenir en 2021, pose la question de l'organisation des interfaces avec l'arrivée de nouveaux opérateurs", a-t-elle ajouté. "Il faut réfléchir à un dispositif efficace", a souligné la ministre, estimant que "le travail doit se poursuivre".

L'examen du projet de loi LOM se poursuivra mardi.

Vos commentaires