En ce moment
 

Plusieurs milliers de manifestants à Washington contre le juge Kavanaugh

Plusieurs milliers de manifestants à Washington contre le juge Kavanaugh
Des manifestants protestent contre la nomination à la Cour suprême des Etats-Unis du juge Brett Kavanaugh, accusé d'agressions sexuelles dans les années 80, le 4 octobre 2018 à Washington JIM WATSON

Des milliers de manifestants se sont réunis jeudi à Washington pour protester contre la nomination à la Cour suprême du juge Brett Kavanaugh, accusé d'agressions sexuelles dans sa jeunesse et dont la confirmation semble à portée de main.

Plusieurs organisations féministes et de défense des droits civiques ont appelé à une journée de rassemblement, espérant convaincre des sénateurs républicains de ne pas approuver la nomination du juge Kavanaugh, alors que plusieurs élus ont exprimé des doutes.

La semaine dernière, lors de son audition devant la commission judiciaire du Sénat, Christine Blasey Ford a réaffirmé que Brett Kavanaugh avait tenté de la violer lors d'une soirée arrosée au début des années 80. Le magistrat nie vigoureusement.

Un rapport du FBI exonère le juge de ces accusations, a affirmé jeudi le chef républicain de la commission judiciaire du Sénat, Chuck Grassley.

"Ne trahissez pas les femmes, votez non", "Croyez les survivantes", proclamaient des pancartes brandies par les manifestants, qui estimaient le juge, farouche défenseur des valeurs conservatrices, "inapte à siéger".

Parmi les manifestants rassemblés devant le siège de la Cour suprême, en face du Capitole, Angela Trzepkowski. "On ne peut pas rester à la maison quand ce genre de choses se passe", confie à l'AFP la quinquagénaire, venue de l'Etat du Delaware, à l'est de Washington.

"Je crois (ce qu'a dit) le Dr Ford, et je pense que Kavanaugh fait partie du club des vieux copains qui vont le protéger dans n'importe quelles circonstances", poursuit-elle.

Mme Trzepkowski voit dans le rapport du FBI une enquête biaisée:

"Ce n'est pas l'enquête ouverte et impartiale que nous avions demandé."

Des victimes de violences sexuelles étaient aussi venues de plusieurs Etats américains pour raconter leur traumatisme aux parlementaires et les pousser à voter "non".

Carolyn Heyman, une avocate de 41 ans venue de l'Alaska avec plusieurs amis, espère ainsi pouvoir parler à la sénatrice Lisa Murkowski, élue républicaine de cet Etat, qui ne s'est jusqu'ici pas prononcée sur son choix définitif.

"Nous voulons lui dire qu'il est important d'écouter les survivantes et d'entendre leur message, mais aussi de nommer à la Cour suprême quelqu'un qui a le caractère approprié" sur les questions juridiques, estime Mme Heyman.

Lors de son audition la semaine dernière, le juge Kavanaugh "a parfois été sarcastique, agressif. Ce n'est pas ce qu'on veut dans un tribunal, et surtout pas à la Cour suprême".

Vos commentaires