En ce moment
 
 

Skateboard: les Français en démonstration à Biarritz

Skateboard: les Français en démonstration à Biarritz
La skateboardeuse Charlotte Hym s'entraîne pour les qualifications aux JO de Tokyo, à Chelles, le 29 mai 2020FRANCK FIFE
 
 

Une semaine après les spécialistes du bowl (ou park), c'est au tour des 'streeters' de se remettre en mode compétition avec les Championnats de France, dimanche à Biarritz, qui entrent dans le processus de qualifications pour les JO de Tokyo cet été.

Bowl - ou park aux JO (figures aériennes dans une cuvette profonde) - et le street (figures très techniques sur des modules dans un park reproduisant le mobilier urbain) sont les deux disciplines du skateboard intégrées pour la première fois au programme olympique.

Et à trois mois de ce nouveau rendez-vous dans leur vie, les skaters n'ont pas encore été sélectionnés. Le système de qualification reprend après un an et demi sans compétition en raison de la pandémie de Covid-19. Les sésames seront attribués en vertu du classement mondial qui sera clos après deux grosses échéances: le Dew Tour en street et park à Des Moines dans l'Iowa (USA/20-23 mai) et les Championnats du monde de street à Rome (30 mai-6 juin).

D'ici là, les Français peuvent s'échauffer sérieusement avec les championnats nationaux, qui octroient des points intégrés au classement mondial. Après le bowl le 2 mai à Chelles (Seine-et-Marne), le street fait son show à Biarritz, avec en tête d'affiche le Landais Vincent Milou, qui a déjà quasiment son billet en poche pour le Japon (il est 12e au classement mondial; les 20 premiers sont qualifiés à raison de 3 riders par nation maximum).

- 'En jambes' -

"Ca permet de se remettre un peu en jambes. Et il y a un petit enjeu, sur l'édition précédente j’ai fait deuxième, si je gagne cette année, je prends un peu plus de points pour le classement général pour les JO", explique à l'AFP Vincent Milou, rentré il y a un mois de Long Beach (Californie/USA), où il vit presque la moitié de l'année.

"Mais par exemple si tu gagnes les championnats du monde tu as 100.000 points et les 'France' c’est 3000 points mais c’est toujours ça de pris. Et c’est l’occasion d’essayer des nouveaux trucs pour me mettre en confiance pour les futures compètes", poursuit-il.

Le tenant du titre, Aurélien Giraud, est lui, resté du côté de San Diego (Californie/USA), où il a décidé de s'installer.

Aux côtés de Milou, le Havrais Joseph Garbaccio tentera de marquer le maximum de points pour espérer entrer dans la course aux billets olympiques. Tout comme la championne de France 2019, Charlotte Hym, la seule Bleue à pouvoir prétendre aux JO en street.




 

Vos commentaires