En ce moment
 

"La Wallonie continue de vendre ses armes à l'Arabie saoudite": pour Amnesty, le gouvernement wallon viole le traité sur les armes

Des armes fabriquées par la FN Herstal présentées à une exposition

Dans le cadre des relations commerciales qu'elle entretient avec l'Arabie saoudite en matière d'armement, la Région wallonne ne respecte pas le Traité sur le commerce des armes (TCA) ratifié il y a trois ans jour pour jour par la Belgique, a dénoncé vendredi Amnesty International Belgique par communiqué.

"La Région wallonne continue de vendre ses armes aux dirigeants du royaume d'Arabie saoudite qui, outre les violations des droits humains qu'elle commet sur son propre sol, est à l'origine, dans le cadre de la guerre qu'elle mène au Yémen, de nombreuses attaques dirigées contre des civils ou des biens de caractère civil", a précisé Philippe Hensmans, directeur de la section francophone d'Amnesty International Belgique qui demande la suspension des exportations d'armes vers le royaume wahhabite.

Le TCA précise que toutes les transactions doivent être évaluées selon des critères stricts, notamment le risque que ces armes soient utilisées pour commettre les crimes les plus graves, dont des attaques dirigées contre les civils.

Amnesty demande par ailleurs que le décret wallon réglementant le commerce des armes soit revu afin de mettre en place un régime de contrôle "efficace et transparent" tel que requis par l'article 5§5 du TCA. L'organisation demande que la Région wallonne fournisse des informations claires sur la quantité précise d'armes exportées, leur utilisateur final et les exportations effectives par destination et par type d'arme, ainsi que leur valeur financière. La pétition demandant le gel des ventes d'armes à l'Arabie saoudite, lancée mi-mai, a déjà recueilli quelque 13.000 signatures.


La réaction du gouvernement wallon

Le gouvernement wallon de Paul Magnette nous a communiqué sa position par l'intermédiaire de son porte-parole. "La Wallonie est favorable à un embargo sur les armes et le matériel à double usage, au niveau européen, vers l'Arabie saoudite. Pour être efficace, cet embargo doit en effet concerner tous les pays européens et toutes les composantes des armes: les puces, le matériel de cryptographie, les drones, les produits chimiques, etc.", explique Frédéric Masquelin. "Agir seul n'aurait aucune incidence, car la Wallonie ne représente que 2,5% du total des exportations européennes d'armes vers l'Arabie saoudite", ajoute-t-il.

D'après le responsable communication, la Wallonie a signifié sa position au gouvernement fédéral, qu'il explique être seul compétent pour obtenir un embargo européen, à la veille du dernier Conseil européen. "Cette position n'a manifestement pas été répercutée au niveau européen", affirme le communiqué du gouvernement wallon.

"La Wallonie respecte toutes les législations et les contrôles drastiques en vigueur. Par ailleurs, la législation wallonne est la plus sévère d'Europe. On fait un examen au cas par cas de chaque demande, il n'y a pas d'autorisation générale. Enfin, on se conforme strictement à ce que font nos voisins européens à travers le Coarm (NDLR: Groupe "Exportations d'armes conventionnelles")", conclut Frédéric Masquelin.

Vos commentaires