En ce moment
 

"On buvait l'eau des latrines": dans une vidéo, des migrants nigérians ont dénoncé leurs conditions de détention en Libye

Des migrants nigérians emprisonnés en Libye ont pu regagner leur pays après avoir tourné de leur cellule une vidéo, devenue virale sur les réseaux sociaux, montrant leurs déplorables conditions de détention.

Ces Nigérians détenus à Zawiya ont risqué leur vie en prenant en juillet dernier ces images qui ont ensuite été envoyées aux Observateurs de France 24, une émission d'actualité internationale réalisée par cette chaîne de télévision internationale française à partir d'images amateur.

Les migrants ont accompagné cette vidéo d'un appel à l'aide. "Ils refusent de nous renvoyer" au Nigeria, y raconte ainsi l'un d'eux. "Nous souffrons ici, nous mourons ici (...)".

Après avoir visionné ces images, les journalistes ont attiré l'attention de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), qui aide au retour des migrants emprisonnés en Libye, sur leur cas. Ce groupe de Nigérians a ainsi pu être rapatrié le 30 août.


"Ils nous battaient tous avec des tuyaux"

"S'il n'y avait pas eu cette vidéo, je crois que nous n'aurions pas pu revenir au Nigeria", a confié à l'AFP, dans la région du Delta du Niger, Efe Onyeka, celui qui l'a tournée.

Cet homme de 25 ans, qui a été arrêté tandis qu'il essayait de traverser la Méditerranée animé par le rêve de devenir footballeur en Europe et a passé plus de quatre mois en prison, a affirmé qu'un de ses compatriotes, qui l'a aidé à filmer, avait failli mourir sous les coups de ses geôliers.

"Ils nous battaient tous avec des tuyaux et des bâtons", a-t-il ajouté. "Nous étions sous-alimentés, on buvait l'eau des latrines".


Un programme de retours volontaires

Liselotte Mas, une journaliste de France 24, n'a raconté l'histoire de cette vidéo devenue virale que récemment, après s'être assurée que les Nigérians étaient bien rentrés chez eux.

Efe Onyeka est un des quelque 2.700 migrants qui ont pu regagner cette année le Nigeria via le programme de retours volontaires de l'OIM, a de son côté déclaré le porte-parole de cette organisation dans ce pays, Jorge Galindo, selon lequel près de 10.000 Nigérians en ont au total profité depuis qu'il a été lancé en 2017.

Vos commentaires