A Dubaï, Edouard Philippe vante la "grande transformation" française

A Dubaï, Edouard Philippe vante la
Edouard Philippe à l'ouverture du World Government Summit à Dubaî le 11 février 2018KARIM SAHIB

Le Premier ministre français Edouard Philippe a défendu dimanche à Dubaï la "grande transformation" à l'oeuvre, selon lui, en France avec le choix de "l'ouverture" et d'une nouvelle "génération" incarnée par le président Emmanuel Macron.

Invité en ouverture du "World Government Summit", un important forum sur la gouvernance mondiale considéré comme un "Davos du Golfe", le chef du gouvernement a poursuivi l'exercice de séduction internationale enclenché par Emmanuel Macron ces derniers mois.

"La France vit une grande transformation" qui vise à "réparer le pays" et "préparer l'avenir", a déclaré M. Philippe devant un millier de personnes, dans un discours qui a souvent mis en avant la figure du chef de l'Etat français.

"Elle a fait un choix, le choix d'écarter une génération. Une génération respectable, qui avait fait du mieux qu'elle pouvait, dans laquelle j'ai des amis, mais une génération à qui les Français ont dit qu'il convenait de passer à la suite", a-t-il souligné.

"La France avait le choix entre la fermeture, une certaine forme d'angoisse et une ouverture", a-t-il dit en référence au deuxième tour de la présidentielle ayant opposé M. Macron à la candidate d'extrême droite, Marine Le Pen. "Et elle a fait le choix du plus jeune président de la République qu'elle ait jamais élu."

Venu aux Emirats, quelques mois après Emmanuel Macron, pour tenter de convaincre la riche fédération pétrolière d'investir davantage en France, Edouard Philippe a souligné l'intention de l'exécutif français d'établir "un cadre favorable à l'investissement et aux entreprises".

Pour corriger l'image de versatilité fiscale de la France, M. Philippe a notamment assuré à son auditoire que la baisse de la fiscalité sur les entreprises était "inéluctable et irréversible" avec "une stabilité et une visibilité" concernant la baisse des prélèvements obligatoires.

"Préparer l'avenir, c'est aussi faire attention à ses dépenses publiques et, de ce point de vue, la France avait des efforts à faire", a-t-il également assuré.

Pour le Premier ministre, "les grands, les bons gouvernements sont ceux qui posent des masses de granit qui permettent de construire durablement".

Commencé en anglais puis prononcé en français, le discours, aux nombreuses références à l'Histoire de France qui ont semblé parfois pointues pour son auditoire venu principalement du Golfe, a été accueilli par des applaudissements polis.

Vos commentaires