En ce moment
 

Benjamin Netanyahu a rencontré le roi Abdallah II en Jordanie

Benjamin Netanyahu a rencontré le roi Abdallah II en Jordanie
Une photo diffusée le 13 novembre 2014 par le palais royal jordanien montre le roi Abdallah II (D) recevant à Amman le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (C) et le secrétaire d'Etat américYOUSEF ALLAN
ISRAEL

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rencontré lundi en Jordanie le roi Abdallah II, lors d'une rare visite dans le royaume, selon des sources officielles dans les deux pays voisins.

La Jordanie et l'Egypte sont les deux seuls pays arabes à avoir conclu la paix avec Israël.

Les deux dirigeants ont évoqué le processus de paix israélo-palestinien en panne depuis 2014, selon un communiqué du cabinet royal à Amman.

Le roi a réitéré "la nécessité d'avancer dans les efforts en vue de trouver un règlement au conflit israélo-palestinien sur la base de la solution de deux Etats", c'est-à-dire la création d'un Etat palestinien coexistant avec Israël, a précisé le communiqué.

A Jérusalem, le bureau de M. Netanyahu a affirmé dans un communiqué que la brève rencontre s'était déroulée à Amman et avait porté sur la question de Jérusalem, l'une des plus épineuses du conflit israélo-palestinien.

La Jordanie, un allié des Etats-Unis, est un acteur historique dans le processus de paix mais aussi le gardien des lieux saints musulmans à Jérusalem-Est.

"M. Netanyahu a réitéré l'engagement d'Israël à respecter le statu quo dans les lieux saints à Jérusalem", selon le communiqué israélien.

En vertu de ce "statu quo", les juifs ont l'autorisation d'accéder à l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam à Jérusalem-Est également vénéré par les juifs comme le mont du Temple, mais y ont l'interdiction de prier. Les musulmans peuvent aller y prier à toute heure.

Israël a nommé en février un nouvel ambassadeur en Jordanie, poursuivant la normalisation avec Amman après des mois de tensions consécutives à la mort de deux Jordaniens tués par un agent de sécurité israélien dans l'enceinte de la représentation diplomatique en 2017.

Vos commentaires