En ce moment
 
 

Bing rétabli en Chine, Microsoft ignore les raisons de la coupure

Bing rétabli en Chine, Microsoft ignore les raisons de la coupure
Photo prise le 24 janvier 2019 à Pékin du logo du moteur de recherche BingFRED DUFOUR
Internet, Chine

Le géant informatique américain Microsoft essayait toujours de déterminer les raisons pour lesquelles son moteur de recherche Bing a été inaccessible en Chine entre mercredi soir et jeudi soir, a indiqué son président.

"Ce n'est pas la première fois que ça arrive", a souligné le président de Microsoft, Brad Smith, sur Fox Business News. "Cela arrive périodiquement", a-t-il insisté, interrogé à Davos où se tient le Forum économique mondial.

"Il y a des moments où il y a des désaccords, il y a des moments où il y a des négociations difficiles avec le gouvernement chinois et nous attendons toujours de trouver de quoi il s'agit", a-t-il ajouté.

Les tentatives d'ouvrir l'adresse cn.bing.com aboutissaient à des messages d'erreurs. Les autres principaux moteurs de recherche étrangers (Google et Yahoo) étant déjà bloqués dans le pays asiatique, Bing y est actuellement le plus utilisé.

Des internautes se sont inquiétés que le moteur de Microsoft puisse être le dernier site étranger bloqué par les autorités chinoises, comme Facebook, Instagram, Twitter ou Youtube.

Bing se plie aux lois de censure chinoises. Ainsi, vendredi, une recherche sur Liu Xiaobo le prix Nobel de la Paix et dissident chinois décédé l'année dernière en prison d'un cancer, aboutissait au message suivant: "Les résultats sont supprimés conformément aux exigences juridiques locales".

Brad Smith a convenu que Bing n'avait pas en Chine la liberté dont il jouit dans d'autres pays. "En même temps nous tenons bon. Nous croyons qu'il est important de défendre certains principes et parfois, nous allons pour négocier et les négociations peuvent être plutôt directes", a-t-il affirmé.

Google avait retiré son moteur de recherche de Chine en 2010 face à la censure et aux cyberattaques. Microsoft est resté présent avec Bing, en censurant certains résultats de recherches, et avec le logiciel de vidéocommunication Skype.

Bing reste largement devancé par le géant local Baidu, même si bien des internautes se plaignent de la qualité du moteur chinois.

Selon M. Smith, Microsoft prend très au sérieux ses obligations vis-à-vis des usagers en matière de censure.

"Je pense que ce qui est intéressant aujourd'hui, c'est la technologie et une sorte de droits de l'homme, la liberté d'expression, ces questions se recoupent vraiment et se rencontrent parfois plus que par le passé", a-t-il déclaré.

"Nous avons refusé des offres pour des choses comme la technologie de reconnaissance faciale, car nous pensions que les droits des personnes seraient compromis", a-t-il dit.

"Et je pense que plus que jamais, les entreprises technologiques doivent vraiment réfléchir à ces choses, elles doivent être fondées sur des principes et vous devez avoir un peu de courage moral, à mon avis, si vous vous préoccupez de vos clients", a-t-il ajouté.

Vos commentaires