Colombie: le président exige que l'ELN libère ses otages avant de négocier

(Belga) Les pourparlers de paix avec la guérilla de l'ELN ne reprendront que lorsqu'elle aura libéré tous ses otages, a annoncé samedi le président colombien Ivan Duque, après l'expiration du délai qu'il avait fixé pour renouer le dialogue avec cette rébellion.

"Tant que ce préalable ne sera pas respecté, nous ne désignerons personne pour s'asseoir à la table" des négociations, a-t-il déclaré lors d'une réunion publique à Amaga (département d'Antioquia, nord-ouest). En prenant ses fonctions le 7 août, M. Duque s'était fixé un mois pour se prononcer sur les pourparlers avec l'Armée de libération nationale (ELN, guévariste), menés à Cuba mais suspendus sous le précédent gouvernement. "Il faut un geste fort envers le peuple colombien, a-t-il ajouté, et ce doit être la libération de tous les otages", qui sont au moins au nombre de 16, selon les autorités. L'ELN est considérée comme la dernière rébellion du pays depuis le désarmement des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes), transformées en parti politique à la suite de l'accord de paix signé fin 2016. (Belga)

Vos commentaires