En ce moment
 

Colombie: les pourparlers gouvernement-ELN reprennent

histoire

(Belga) Le gouvernement colombien et la guérilla de l'ELN ont repris jeudi à Quito les pourparlers de paix que Bogota avait suspendus le 10 janvier en raison d'une série d'attentats de l'ELN, a constaté l'AFP.

Ces discussions, qui se tiennent dans une hacienda jésuite à la périphérie de la capitale équatorienne, visent à se mettre d'accord sur un nouveau cessez-le-feu qui ouvrirait la voie à un accord de paix final. Ce cinquième cycle de négociations, qui doit avoir lieu jusqu'au 18 mai, se déroule dans un contexte politique plus hostile, après que la droite opposée à l'accord de paix avec l'ex-guérilla Farc est arrivée en tête des législatives, dimanche dernier en Colombie. "On aperçoit une lumière au bout du chemin qui doit nous conduire à mettre fin au conflit armé avec l'Armée de libération nationale (ELN, la guérilla guévariste) afin de construire cette paix durable et stable", a déclaré le chef de la délégation du gouvernement Gustavo Bell. Juan Manuel Santos, qui quittera le pouvoir en août, tente de conclure avec l'ELN un accord de paix similaire à celui signé en 2016 avec la guérilla des Farc, aujourd'hui désarmée et transformée en parti politique. Un cessez-le-feu bilatéral avec l'ELN, le premier jamais conclu avec cette guérilla, avait été en vigueur du 1er octobre 2017 au 9 janvier 2018. Il n'avait pas été renouvelé en raison d'une série d'attentats à l'explosif de la guérilla qui avaient tué huit policiers et fait plusieurs dizaines de blessés. M. Santos, qui avait alors gelé les pourparlers entamés à Quito en février 2017, a annoncé lundi dernier qu'il avait ordonné la reprise des pourparlers avec l'ELN, en réponse au cessez-le-feu unilatéral observé par la guérilla à l'occasion des élections législatives de dimanche. (Belga)

Vos commentaires