En ce moment
 

Colombie: visé par une enquête, l'ex-président Uribe revient sur sa démission du Sénat

(Belga) L'influent ex-président colombien Alvaro Uribe, visé par une enquête judiciaire, est revenu mercredi sur sa démission annoncée du Sénat, un geste qui avait été interprété par ses opposants comme une manière d'échapper à la Cour suprême.

En Colombie, c'est la Cour suprême, la plus haute juridiction du pays, qui est chargée de conduire les investigations sur les parlementaires. En cas de démission, c'est une juridiction de rang inférieur, réputée plus à même de subir des pressions, qui aurait enquêté sur M. Uribe, 66 ans. L'ancien chef de l'Etat (2002-2010) et mentor du président élu Ivan Duque, qui doit prendre ses fonctions le 7 août, est soupçonné d'avoir tenté de soudoyer des témoins contre un opposant politique, Ivan Cepeda. L'affaire remonte à 2012. M. Uribe, chef du Centre démocratique, la formation d'Ivan Duque, a demandé mercredi sur Twitter au président du Sénat Ernesto Macias, membre du même parti, de "ne pas prendre en compte" sa lettre de démission. Il a laissé entendre que sa décision de rester finalement au Sénat visait à laisser la Cour suprême enquêter sur lui. "Pour des raisons d'honneur, je n'ai jamais songé à ce que la Cour suprême cesse (d'enquêter) sur cette affaire", a-t-il ajouté. Le 24 juillet, il avait annoncé sa démission pour "préparer sa défense", expliquait-il. Sa mise en cause par la Cour suprême, annoncée ce même jour, avait été vécue comme un séisme dans les rangs de la future majorité. "Je suis certaine que la seule éventualité d'un dessaisissement de la Cour suprême l'a poussé à rester au Sénat et cela réjouit tous les membres" du parti, a déclaré Paloma Valencia, une proche de l'ex-président, au micro de la radio La FM. "On est en train de déployer des écrans de fumée (pour masquer) l'essentiel qui est que le sénateur Uribe doit comparaître devant la justice", a rétorqué de son côté le sénateur de gauche Ivan Cepeda. M. Uribe, qui se dit innocent, est convoqué le 3 septembre devant la Cour suprême. (Belga)

Vos commentaires